Autre rebondissement dans la cause de Jonathan Bettez: le ministère public a obtenu une ordonnance de non-publication pour la diffusion du contenu des affidavits alors que ceux-ci avaient été remis aux médias en avant-midi.

Rebondissement dans la cause de Jonathan Bettez

TROIS-RIVIÈRES — Un autre rebondissement est survenu dans la cause de Jonathan Bettez, mardi après-midi, au palais de justice de Trois-Rivières.

Les affidavits et mandats rendus publics le matin ont finalement été frappés d’une ordonnance de non-publication.

Lire aussi: Bettez a fait l'objet d'une traque policière sans précédent

Ces documents, dont les médias avaient obtenu des copies, relataient notamment tous les efforts faits par les policiers pour traquer Jonathan Bettez dans le dossier de l’enlèvement et du meurtre de la petite Cédrika Provencher. On sait que cet individu est considéré par les policiers comme le suspect principal, bien qu’il n’ait jamais fait l’objet d’aucune accusation.

C’est à partir de ces affidavits que les policiers avaient réussi à obtenir les mandats leur donnant le droit de faire des perquisitions chez Emballage Bettez, à sa résidence personnelle et à celle de ses parents en lien avec les présumés crimes de pornographie juvénile dont il est maintenant accusé.

Or, la divulgation du contenu des affidavits a tôt fait de créer un malaise. Sous prétexte qu’il y aurait eu confusion sur ce qui devait être dévoilé ou non, le ministère public a réclamé une ordonnance de non-publication. Le juge Jacques Lacoursière a accepté de l’émettre mais de façon temporaire puisque les avocats de Radio-Canada et de La Presse entreprendront des procédures jeudi matin pour tenter de la faire lever. Pour l’instant, il est donc impossible d’en faire état.

Par ailleurs, toujours dans le cadre des audiences de gestion en vue du procès de Bettez, son avocat, Me Marc-Antoine Carette, essaie justement de faire annuler les mandats qui ont donné lieu à ces perquisitions sous prétexte qu’ils sont abusifs. Son objectif est d’obtenir l’exclusion des éléments de preuve saisis par les policiers pour les crimes de pornographie juvénile. Si tel devait être le cas, ils ne pourront pas être utilisés lors d’un procès. Il soutient notamment qu’il n’y avait pas de caractère urgent et que, de toute façon, les techniques d’enquête n’ont permis de déceler, selon lui, aucune preuve des infractions de pornographie juvénile. La Couronne est plutôt d’un autre avis. Notons qu’à cette époque, les ossements de Cédrika Provencher venaient tout juste d’être retrouvés, bien que l’idée de vérifier si Bettez consommait de la pornographie juvénile avait été formulée auparavant.

Le juge devrait rendre une décision le 12 octobre.

Quant au procès, il devrait avoir lieu cet automne.

Fil des événements dans l’affaire Cédrika Provencher

31 juillet 2007

Cédrika Provencher est portée disparue. Elle était à la recherche d’un chien.

3 août 2007

La thèse de l’enlèvement est pour la première fois évoquée.

13 août 2007

Karine Fortier, la mère de Cédrika Provencher, lance un véritable cri du cœur dans le but de retrouver sa fille.

6 septembre 2007

La Sûreté du Québec dévoile la description d’un suspect et de son véhicule: une Acura rouge.

8 mai 2008

La Fondation Cédrika-Provencher voit le jour.

31 juillet 2008

Mille personnes participent à la messe soulignant le premier anniversaire de la disparition de la jeune fille.

9 juin 2009

L’avocat Guy Bertrand arrive dans le dossier comme procureur indépendant. Le célèbre criminaliste de Québec se met à la disposition de tout témoin qui pourrait fournir des confidences permettant de retrouver la jeune fille. Une prime de
170 000 $ est offerte.

11 décembre 2015

Trois chasseurs, Sébastien Lupien, Martin Lanthier et Pascal Lanthier, découvrent des ossements humains dans un boisé du secteur est de Trois-Rivières. La SQ confirme le lendemain que les ossements retrouvés sont ceux de Cédrika Provencher.

25 août 2016

Les funérailles de Cédrika Provencher ont lieu.

30 août 2016

Jonathan Bettez comparaît au palais de justice de Trois-Rivières pour des crimes concernant la pornographie juvénile. Même s’il a été soupçonné dans l’enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher, il n’a jamais été accusé dans ce dossier.