Lors de l’opération, les policiers avaient procédé à cinq perquisitions dont celle-ci sur la rue Gingras. Photo François Gervais

Projet Paginer: des développements à prévoir

Trois-Rivières — Jess Larouche et Mikaël Villeneuve, deux des huit individus arrêtés au début de mai dans le cadre du démantèlement d’un réseau de trafic de drogue, ont échoué dans leur tentative de reprendre leur liberté.

Au terme d’une enquête sur caution, le juge Jacques Trudel a conclu que leur détention était nécessaire compte tenu du risque de récidive possible, d’autant plus qu’ils auraient joué un rôle important dans ce réseau.

On sait que l’opération antidrogue menée par la Direction de la police de Trois-Rivières avait permis de démanteler une cellule de distribution et de revente de stupéfiants opérant dans la région de Trois-Rivières qui serait possiblement reliée aux Hells Angels. Huit personnes avaient été arrêtées le 7 mai dernier dont la présumée tête dirigeante, Jason Bolduc Leboeuf. La frappe policière avait permis de procéder à une saisie record de méthamphétamine, soit près de 36 000 comprimés.

La presque totalité de la méthamphétamine se trouvait dans une seule résidence, soit 35 500 comprimés. L’endroit en question servait de cache. En plus de la méthamphétamine, 130 grammes de cocaïne, 1,7 kilo de cannabis, une petite quantité de haschisch et de psilocybine, plus de 4000 $ en argent canadien ainsi que deux armes de poing avaient été retrouvés. Dix véhicules avaient été saisis comme biens infractionnels dont une BMW, une Mercedes et une Audi.

Les suspects avaient comparu sous diverses accusations en lien avec la possession et la distribution de stupéfiants. Dans le cas de Jason Bolduc Leboeuf, Jess Larouche, Mikaël Villeneuve et Sébastien Girard, la procureure de la Couronne, Me Julie Forget, s’était opposée dès le départ à leur remise en liberté. Larouche et Villeneuve, défendus par Me Alexandre Biron et Me Pierre Spain, ont donc été les premiers à se prévaloir de leur droit d’avoir une enquête sur caution. Notons que celle-ci était frappée d’une ordonnance de non-publication.

Ce jeudi, leurs avocats ont discuté avec la Couronne. Un règlement est envisagé. Les deux prévenus reviendront devant la cour le 31 mai pour probablement disposer de leur dossier.

En ce qui concerne Jason Bolduc-Leboeuf et Sébastien Girard, ils sont toujours détenus. Leur dossier revient devant le tribunal le 28 mai toujours au stade de l’enquête sur remise en liberté.

Du côté de Philippe Plante Moreau, Andrée-Anne Dauphinais, Joanie Fréchette et Guillaume Sirois, ils avaient déjà pu reprendre leur liberté mais avec des conditions.