Le local des Deimos Crew situé à Notre-Dame-du-Mont-Carmel a été l'une des principales cibles de l'opération policière visant les motards de la Mauricie.

Projet Ouest: Alexandre Sénécal remis en liberté

Alexandre Sénécal, l'un des individus arrêtés dans le cadre du projet Ouest qui visait les motards criminalisés de la région, a été remis en liberté.
Au terme d'une enquête sur caution, le jeune homme de 26 ans a en effet été libéré mais sous conditions. Il devra notamment entreprendre et compléter une thérapie à la Maison Carignan et y demeurer 24 heures sur 24 les quatre premiers mois. Lui et sa mère ont également dû verser une caution de 1000 $ chacun. Évidement, il lui sera interdit de consommer alcool et drogue, de se rendre dans les bars, de communiquer avec les co-accusés, d'avoir un téléphone cellulaire en sa possession ou tout autre moyen de communication électronique, de posséder des armes et de quitter le Québec. 
Rappelons qu'Alexandre Sénécal, de Shawinigan a été arrêté le 31 mai dernier en même temps qu'une trentaine d'autres individus dans le cadre du projet Ouest mené par l'Escouade régionale mixte de la Mauricie. Avec cette opération, la police soutient avoir réussi à démanteler un club-école des Hells Angels à Trois-Rivières, soit les Deimos Crew. Ces derniers sont soupçonnés d'avoir eu le contrôle exclusif de la vente de cocaïne, de méthamphétamines et du cannabis dans notre région. Plusieurs des suspects font d'ailleurs face à des accusations de gangstérisme.  
Sénécal a pour sa part été accusé de complot pour trafic, trafic de stupéfiants et recyclage des produits de la criminalité. Lors de la perquisition qui a eu lieu à sa demeure, les policiers avaient saisi des quantités importantes de drogue, soit 200 grammes de cocaïne, 80 méthamphétamines, 398 grammes de crystal meth, 1300 grammes de cannabis, 7830 $ en argent et des documents de compatibilité de vente de drogue. 
Lors de l'enquête sur caution, le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté, a raconté que la surveillance policière avait notamment permis d'identifier Sénécal comme un «runner», soit celui qui livre la drogue pour le réseau criminel. Il aurait notamment été vu à deux reprises faire de la livraison. Et selon les rapports de filature des policiers, son train de vie est attribuable à ses activités criminelles puisqu'il n'a pas de travail légal et de revenus. 
Or, son avocat Me Jean-François Lauzon a suggéré qu'il s'agissait là de déductions et non de preuves. D'une part, son client bénéficierait mensuellement des indemnisations de l'IVAC à la suite d'une violente invasion de domicile dont lui et sa mère ont été victimes. Quant au fait qu'il aurait déjà été vu par les policiers transportant un lourd sac, Sénécal a précisé avoir déjà transporté l'urne contenant les cendres d'un proche dans un sac à la sortie d'un salon funéraire. 
Dans son analyse, le juge Jacques Trudel a noté que la preuve sur le chef de complot et son implication réelle dans organisation était certes complexe mais qu'elle allait devoir être étayée dans le cadre d'un procès. Selon lui, s'il est prouvé que Sénécal a bel et bien travaillé pour les prétendus motards criminalisés, son rôle n'en demeure pas moins secondaire bien qu'essentiel. 
D'autre part, les antécédents judiciaires de Sénécal se sont avérés accablants. En 2014, il a été condamné à deux ans moins un jour de prison dans la collectivité pour des crimes reliés à la possession de stupéfiants et des bris de conditions. Cette peine venait à peine de se terminer qu'il était déjà été identifié par les policiers comme étant impliqué dans l'organisation criminelle. 
D'un autre côté, Sénécal a admis avoir une dépendance aux stupéfiants. Il a affirmé au juge qu'il voulait s'en sortir et s'est dit prêt à suivre une thérapie à la Maison Carignan. Sur ce point, le juge a précisé qu'il n'avait pas de boule de cristal sur sa réelle motivation mais il a accepté de lui donner une chance.
Sa cause a été reportée au 29 août. 
Notons en terminant que les 14, 15 et 16 août, ce sera au tour du Hells Angels et parrain des Deimos Crew Paul Magnan, de Jean-Claude Binet, de Sylvain Lahaie et de Richard Tessier de subir eux aussi une enquête sur caution.