Le local des Deimos Crew situé à Notre-Dame-du-Mont-Carmel a été l'une des principales cibles de l'opération policière visant les motards de la Mauricie.

Projet Ouest: les dates des enquêtes sur caution sont fixées

Une étape de plus a été franchie, mardi, dans le cadre du Projet Ouest, qui a permis le démantèlement du club-école des Hells Angels de Trois-Rivières, les Deimos Crew.
Les dates des enquêtes sur caution de 9 des 37 individus arrêtés ont été fixées à la suite de discussions menées entre le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté, et les nombreux avocats de la défense impliqués dans cette cause.
Ainsi, les 12, 13 et 14 juillet, Sylvain Berthiaume, Stéphane Denis, Christian Fortin, Kiven Ricard et Éric Sirois feront partie du premier groupe de prévenus qui tenteront d'obtenir leur liberté durant les procédures judiciaires. 
Puis, les 14, 15 et 16 août, ce sera au tour du Hells Angels Paul Magnan, de Jean-Claude Binet, de Sylvain Lahaie et de Richard Tessier d'essayer d'être libérés. 
Un dixième individu, Alexandre Sénécal, a pour sa part demandé à avoir une enquête sur caution individuelle. Une date sera fixée le 7 juillet. 
Rappelons que l'Escouade régionale mixte de la Mauricie a réalisé une frappe policière majeure le 31 mai en s'attaquant à des présumés membres d'un groupe de motards criminalisés. Selon les forces de l'ordre, cette organisation avait le contrôle exclusif de la vente de stupéfiants et plus précisément de la cocaïne, des méthamphétamines et du cannabis à Trois-Rivières, Shawinigan, Louiseville, Maskinongé et Portneuf. 
Sur les 37 individus qui ont été arrêtés à ce jour, 33 ont été formellement accusés de gangstérisme, complot pour trafic de stupéfiants, trafic de stupéfiants et/ou recyclage des produits de la criminalité lors de leur comparution. Du nombre, 23 ont pu reprendre leur liberté avec de sévères conditions et des cautions à payer. 
Les perquisitions avaient par ailleurs permis la saisie de 19 véhicules comme biens infractionnels, 1,2 kg de cocaïne, 800 grammes de cannabis, 20 000 comprimés de métamphétamine, 300 comprimés qui feront l'objet d'analyse, 500 grammes de crystal meth, plus de 34 000 $ en argent, du matériel informatique dont des cellulaires, une dizaine d'armes dont des armes à feu et des vêtements à l'effigie des bandes de motards criminalisés.
Cette affaire promet d'être très complexe et ardue en raison notamment d'une preuve très volumineuse et des principes de l'arrêt Jordan sur les délais à respecter. La Couronne a rappelé que plusieurs informations devront être traitées dans le cadre des procédures judiciaires puisqu'il y a eu pas moins de 95 perquisitions et/ou arrestations le 31 mai dernier.