Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Procès suspendu à cause de la COVID-19

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le procès de cet homme accusé d’avoir violenté son ex-conjointe et mère de ses cinq enfants pendant 19 ans a été suspendu en raison de la COVID-19, du moins jusqu’au mercredi 7 avril.

Alors que le contre-interrogatoire de la plaignante devait se poursuivre au palais de justice de Trois-Rivières mardi matin, elle a appris que l’un de ses enfants avait été retiré de l’école parce qu’il présentait des symptômes. Elle a donc dû se rendre avec lui dans un centre désigné pour subir un test de dépistage et se placer en isolement temporaire d’ici à ce que les résultats soient connus.

Le suspect, dont on doit taire l’identité pour protéger celle de la plaignante et de ses enfants, est accusé d’agressions sexuelles et d’attouchements sexuels sur la présumée victime, d’agression sexuelle armée, de voies de fait, de voies de fait armées d’un couteau, d’une arme à feu et d’un bâton de baseball, de voies de fait causant des lésions corporelles, de menaces et de harcèlement criminel. De même, le suspect fait face à des accusations de menaces de mort visant quatre de ses cinq enfants et de voies de causant des lésions corporelles à sa fille aînée. Son procès a commencé en novembre dernier.