Jimmy Boisvert
Jimmy Boisvert

Procès de Jimmy Boisvert: la présumée victime confrontée par la défense

TROIS-RIVIÈRES — Le procès de Jimmy Boisvert, en lien avec une agression sexuelle, s’est poursuivi, vendredi, avec le contre-interrogatoire de la présumée victime et le témoignage de son entraîneur de boxe de l’époque, Patrick Bilodeau.

La moitié de la journée a notamment permis à l’avocate de la défense, Me Pénélope Provencher, d’attaquer la crédibilité de la plaignante en la confrontant sur ses déclarations antérieures et en testant sa mémoire sur les événements qui seraient survenus dans la nuit du 19 novembre 2017 au bar La Petite Grenouille.

À quelques reprises, elle a tenu à rappeler qu’elle n’était pas une «machine à mémoire» pour justifier certaines différences avec ses précédentes déclarations. Elle a insisté sur le fait que les événements remontaient à trois ans. Par contre, elle a dit ne pas avoir oublié les sensations ressenties lorsque Jimmy Boisvert aurait tenté de l’embrasser et qu’il aurait mis la main dans sa petite culotte. Alors qu’elle était en train de perdre patience devant les questions pointues de Me Provencher, elle s’est d’ailleurs exclamée: «J’ai essayé d’oublier tout ça les trois dernières années. Je suis tannée d’en parler; j’ai hâte que ça soit fini. Je ne me rappelle pas de certains détails, mais je suis honnête».

La procureure de la Couronne, Me Catherine Lacoursière, a ensuite fait témoigner Patrick Bilodeau. En 2017, il était l’entraîneur de boxe de la plaignante au Club Performance. C’est lui qui avait invité la jeune femme à se rendre au bar après la tenue d’un gala de boxe avec des membres de l’équipe. Il n’a pas été témoin des présumées agressions, mais après la soirée, la plaignante lui aurait dit que Jimmy Boisvert avait été insistant avec elle, qu’il l’avait collée et surtout qu’elle ne comprenait pas pourquoi puisqu’il était un homme marié et père de famille.

Selon M. Bilodeau, la plaignante était alors agitée en lui racontant ce qui s’était passé. Il lui aurait répondu qu’il ne connaissait pas Jimmy Boisvert sur cet aspect, mais il lui avait tout de même mentionné que le suspect aurait eu un comportement inapproprié avec une autre femme, ce qui, précisons-le, n’est pas retenu comme preuve au procès.

Elle aurait ensuite communiqué avec l’autre femme et décidé de porter plainte contre Jimmy Boisvert.

Rappelons que ce dernier, responsable du Club Performance et entraîneur de boxe bien connu, subit son procès depuis jeudi pour agression sexuelle devant le juge Jacques Trudel. Au cours d’une soirée, il aurait fait des avances sexuelles très explicites à une boxeuse et se serait livré à des attouchements sur elle. Il aurait aussi exhibé son pénis en lui demandant de le toucher, ce qu’elle a refusé.

Le procès va se poursuivre prochainement avec la preuve de la défense.