Présumé proxénète: Simon Castonguay recherché par la SQ

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La Sûreté du Québec est à la recherche de Simon Castonguay, un homme de 19 ans qui fait face à des accusations en matière de proxénétisme.

Castonguay fait l’objet d’un mandat d’arrestation puisqu’il aurait quitté le 29 décembre dernier son lieu de résidence prescrit par la Cour. La SQ, qui demande l’aide du public pour le retrouver, mentionne qu’il pourrait se trouver au Québec ou ailleurs au Canada.

Simon Castonguay mesure 1,98 m et pèse 109 kg. Il a les cheveux bruns et les yeux bleus.

«Rappelons que cet individu avait été accusé, le 2 juillet, entre autres, d’avoir amené une personne de moins 18 ans et une personne de plus de 18 ans à offrir ou rendre des services sexuels moyennant rétribution, entre les mois de janvier 2018 et de mars 2019, principalement», a souligné la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Simon Castonguay

«Toute personne qui apercevrait Simon Castonguay est priée de communiquer avec le 911. De plus, toute information pouvant permettre de retracer cet individu peut être communiquée, confidentiellement, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.»

Sans antécédents judiciaires, Simon Castonguay avait été libéré sous conditions en juillet dernier. Il s’était notamment engagé à verser une somme de 1000 $ et à respecter un couvre-feu entre 22h et 6h sauf pour urgences médicales et fins de travail légitime. Il ne pouvait bien sûr pas communiquer ou s’approcher avec ses présumées victimes et leurs familles.

De plus, il ne pouvait se trouver en présence de mineurs sauf s’ils sont accompagnés d’un adulte au courant des accusations déposées contre lui.

Castonguay se serait aussi livré à des voies de fait sur une des plaignantes et l’aurait menacé de mort ou de lui causer des lésions. Il aurait aussi demandé de retirer sa plainte, ce qui représente une tentative d’entrave à la justice. Il fait aussi face à une accusation de possession de cocaïne.

Au mois d’août dernier, Simon Castonguay a été envoyé en thérapie fermée de six mois au Centre L’autre côté de l’ombre.