Possession d’armes dans un dessein dangereux: Sébastien Coulombe reviendra en cour le 10 août

TROIS-RIVIÈRES — Le dossier de Sébastien Coulombe est reporté au 10 août afin de permettre au Barreau du Québec de trouver un avocat assurant la défense de cet homme accusé de possession d’armes dans un dessein dangereux, d’entrave et de bris de probation.

Coulombe est cet individu qui s’est présenté au palais de justice de Trois-Rivières le 25 juin dernier avec deux couteaux cachés dans son dos. Un huissier avait remarqué les couteaux et avait informé un constable spécial qui l’a interpellé. Coulombe avait quitté le palais de justice pour être arrêté quelques rues plus loin par les policiers.

Sébastien Coulombe

L’homme, vraisemblablement dans un état mental perturbé, avait demandé à rencontrer une procureure de la Couronne. Son objectif était de forcer les policiers à tirer sur lui devant la procureure dans le but de se venger d’elle afin de la rendre responsable de ses problèmes: en 2014, Coulombe avait tenu des propos menaçants à l’endroit de la procureure, alors qu’il faisait face à la justice pour un dossier de menaces à l’endroit de son ancienne conjointe.

Ces récents événements concernant une procureure de la Couronne du palais de justice de Trois-Rivières font en sorte qu’il est difficile pour Coulombe de retenir les services d’un avocat d’ici. L’individu a expliqué cette situation lundi, par visioconférence, à la juge Guylaine Tremblay. Me Yvan Braun, qui a déjà représenté l’individu par le passé, a mentionné au tribunal avoir tenté de trouver un avocat pour Coulombe. Me Braun n’a pas réussi en raison justement du fait que son dossier a un lien avec une procureure de la Couronne de Trois-Rivières.

Visiblement las de toute cette procédure, Coulombe a indiqué à la juge Tremblay que son geste représentait une tentative de suicide et qu’il aurait eu besoin de soins. La présidente du tribunal a demandé à l’accusé un minimum de collaboration afin de trouver un avocat qui procédera à son enquête sur remise en liberté.

Coulombe a finalement manifesté son accord à ce que le dossier soit reporté au 10 août et que la cour demande au Barreau de lui trouver un avocat.

À LIRE  Quand la vengeance se déplace au palais de justice