Le palais de justice de Trois-Rivières.

Pornographie juvénile: Vincent Arseneault plaide coupable

Vincent Arseneault, un homme de 26 ans de Saint-Narcisse, a plaidé coupable lundi à des accusations liées à la pornographie juvénile.
C'est en septembre 2015 que le jeune homme avait été repéré par la Sûreté du Québec sur les réseaux de partage tandis qu'il rendait accessible des fichiers de pornographie juvénile.
Le 30 septembre, une perquisition avait été réalisée à son domicile. Les forces de l'ordres y avaient alors saisi du matériel informatique.
On y avait dénombré 66 vidéos et 19 photographies sur lesquelles on voyait des jeunes filles d'âge prépubère en train de se livre à des activités sexuelles avec des adultes et d'autres enfants.
Lors de son retour devant le tribunal, Arseneault a donc décidé de disposer de ses dossiers en présence de son avocat, Me Emmanuel Ayotte. Il a plaidé coupable à des chefs de possession, distribution et d'avoir accédé à de la pornographie juvénile entre mai 2014 et septembre 2015. 
La juge Dominique Slater a par la suite ordonné la confection d'un rapport présentenciel et sexologique pour la guider sur la peine appropriée à prononcer. Le prévenu a d'ailleurs déjà commencé à consulter un sexologue. 
Il reviendra en cour le 7 juin pour la suite des procédures. Notons qu'il ne faut pas confondre cet individu avec un autre Vincent Arseneault, également âgé de 26 ans de Shawinigan-Sud et employé chez Kongsberg.