Pompiers blessés et appel à la solidarité

SAINT-ÉDOUARD-DE-MASKINONGÉ — Trois pompiers ont été blessés, dont deux sérieusement, dans un incendie majeur à Saint-Édouard-de-Maskinongé. Les flammes ont fait leur apparition dans la nuit de lundi à mardi sur la rue Notre-Dame. Le garage de l’entreprise Casaubon et les logements situés dans la même bâtisse sont des pertes totales. La Municipalité a même lancé un appel à la générosité pour aider les familles sinistrées, dont une qui compte un bébé de quelques mois.

Le brasier s’est déclaré vers deux heures du matin. C’est un citoyen qui a alarmé les services d’urgence. Ce même individu aurait également aidé certains occupants des logements à sortir sains et saufs.
On ne connaît pas les causes de l’incendie pour le moment, mais il ne s’agirait pas d’un incendie criminel selon la Sûreté du Québec.
«Dans le combat de l’incendie, il y a trois pompiers qui ont été blessés, dont deux sérieusement. On ne craint pas pour la vie de personne par contre», a fait savoir Marc Tessier, porte-parole de la Sûreté du Québec.
«À l’arrivée des premiers pompiers, on a procédé à l’évacuation des occupants qui restaient dans les loyers. C’est en terminant l’évacuation que trois pompiers ont été blessés, il y a eu une explosion à l’intérieur du garage et une partie de la brique est tombée sur les pompiers», a expliqué Dominic Marchand, directeur du Service incendie de Saint-Édouard-de-Maskinongé.
Les pompiers blessés étaient tous reliés au service incendie de Sainte-Ursule, qui d’ailleurs se prépare à recevoir l’édition 2018 de la Compétition provinciale des pompiers ce week-end.
«On a eu quelques nouvelles des pompiers, mais ils sont encore à l’hôpital. Ils essaient de garder ça familial pour le moment. Heureusement la vie des pompiers n’est pas en danger, c’est le plus important. Il y a des blessures aux jambes. Actuellement, ils font un bilan de santé. On attend les rapports du capitaine», a indiqué le maire de Sainte-Ursule, Réjean Carle.
Le lieutenant de Sainte-Ursule, Alexandre Fafard, figure parmi les blessés. En entrevue au Nouvelliste, il estime de son côté que tout le monde est hors de danger. Toujours à l’hôpital, il assure que ses coéquipiers se portent bien malgré tout. «On va s’en sortir. Les autres vont bien, alors tout va bien», dit le lieutenant. Les pompiers descendaient une échelle lorsque l’explosion est survenue. Un mur de briques s’est projeté sur eux. «C’est la seule chose qu’on a eu connaissance. On a été chanceux dans notre malchance, ça aurait pu être pire.»
La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a été contactée pour ouvrir une enquête.
En entrevue avec TVA, le maire de Saint-Édouard-de-Maskinongé a affirmé que cette famille avait été importante dans le développement de la municipalité, notamment le père fondateur de la municipalité, Napoléon Casaubon.
«Quand ils sont arrivés ici, ils ont investi au niveau de toutes infrastructures. Ce sont eux qui ont participé à l’élaboration de la municipalité», a lancé le maire Réal Normandin.
Appel à la générosité
La Municipalité de Saint-Édouard-de-Maskinongé a publié un appel à la générosité sur sa page Facebook en lien avec l’incendie.
«Triste événement dans notre municipalité cette nuit. La famille Casaubon est éprouvée par la perte totale de leur entreprise rasée par les flammes. Ce bâtiment avait deux logements adjacents. Une famille avec un bébé de six semaines et un homme sont à la rue. Soyons solidaires. Si vous avez des meubles, vêtements, articles à donner, don monétaire, apportez le tout au Dépanneur 348», peut-on lire dans le message.
Avec la collaboration de Judy-Ann Désalliers