Pierre Laplante a plaidé coupable aux chefs portés contre lui.

Pierre Laplante plaide coupable

Pierre Laplante, cet employé de l'école secondaire de Bromptonville soupçonné de s'être livré à des actes de pornographie juvénile, a finalement plaidé coupable, jeudi, à l'ensemble des chefs d'accusation portés contre lui.
En présence de son avocat, Me Yvan Braun, Laplante a admis avoir accédé et possédé de la pornographie juvénile entre 2006 et 2013. Il a également reconnu avoir produit de la pornographie juvénile entre 2008 et 2013. Enfin, il a plaidé coupable à un chef de voyeurisme au cours de la même période.
Le juge Jacques Trudel l'a dès lors reconnu coupable sur les six chefs portés contre lui. Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Jean-Marc Poirier, a par la suite expliqué que l'arrestation de Laplante en mars 2013 faisait suite à une importante perquisition menée par la police de Toronto en 2011 dans une compagnie se spécialisant dans la vente de DVD de pornographie juvénile mettant en scène des jeunes garçons. L'enquête ayant suivi a permis de retracer une quarantaine de clients du Québec, dont Pierre Laplante. Entre 2006 et 2011, il s'était notamment fait livrer 48 DVD de cette nature.
Lors d'une perquisition faite à son domicile, les policiers avaient saisi son matériel informatique. L'analyse de celui-ci y a révélé la présence de 32 000 photographies et 190 vidéos de pornographie juvénile. Des cassettes 8 mm avaient été également été retrouvées. En fait, Laplante avait installé des caméras cachées dans les douches de trois endroits différents, soit une résidence et deux vestiaires sportifs. Cependant, l'enquête n'a pas permis d'identifier ces lieux.
Laplante, qui bénéficie toujours de sa liberté présentement mais sous de sévères conditions, devra maintenant se soumettre à une évaluation sexologique. Un rapport présentenciel sera également confectionné. Ces résultats aideront le juge à déterminer la sentence appropriée. La cause a été reportée au 29 août.
Rappelons que Laplante travaillait au moment de son arrestation à l'école secondaire de Bromptonville où il était le responsable du groupe des résidents de première et deuxième années du secondaire. Dans le passé, il avait travaillé au Camp Notre-Dame-de-la-Joie à Nicolet.
En 2009, il avait mis sur pied un projet d'apprentis policiers avec la collaboration de l'École nationale de police du Québec. Il avait également oeuvré à l'école secondaire Mont-Bénilde. En 1999, on sait qu'il avait entre autres accompagné un groupe de jeunes improvisateurs aux premiers Jeux de la francophonie canadienne au Nouveau-Brunswick.