Phelipe Gill a plaidé coupable au palais de justice de La Tuque.

Phelipe Gill règle ses dossiers

LA TUQUE — Phelipe Gill a décidé de régler l’ensemble de ses dossiers avec la justice, mardi, à La Tuque. Il a été condamné à deux ans moins un jour d’emprisonnement en plus de 3 ans de probation dont deux ans avec suivi.

Phelipe Gill a plaidé coupable, entre autres, à des accusations de trafic de méthamphétamines et de cannabis, de possession de champignons magiques, et de production d’huile de cannabis.

Lors de la perquisition, les policiers avaient notamment saisi près de 1350 comprimés de méthamphétamine et plus de 150 grammes de cannabis.

Les avocats ont soumis une suggestion commune au juge de 24 mois moins un jour et une probation de 3 ans avec de nombreuses conditions dont suivre toutes les recommandations de son agent de probation concernant des thérapies pour sa problématique de toxicomanie et pour sa problématique de personne violente. Parmi ses nombreuses conditions, il devra aussi garder la paix et avoir une bonne conduite. Il lui sera interdit de communiquer avec des personnes faisant l’usage ou la vente de stupéfiants sauf dans un cadre thérapeutique.

«On pense que dans le cadre d’une ordonnance probation serrée, monsieur aura beaucoup plus de chances de réaliser et de concrétiser sa réhabilitation», a fait savoir son avocat, Me Mélanie Ricard.

«Je n’aurais pas été gêné de demander 36 mois de pénitencier, mais on aurait perdu le bénéfice de la probation. […] On espère que c’est quelqu’un qui va se réinsérer. Il sait qu’il n’aura pas quatre chances M. Gill. S’il ne comprend pas cette fois-ci, il doit s’attendre à une peine beaucoup plus sévère la prochaine fois», a indiqué le procureur de la Couronne, Me Éric Thériault.

Le juge David Bouchard a entériné la suggestion des avocats. En raison de l’emprisonnement préventif, il lui restera 659 journées à purger à compter d’aujourd’hui.