Un homme de 59 ans a tenu les policiers en haleine pendant près de dix heures.
Un homme de 59 ans a tenu les policiers en haleine pendant près de dix heures.

Opération policière sur la rue Vachon: un homme de 59 ans arrêté

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Un homme de 59 ans a tenu les policiers de Trois-Rivières en haleine pendant près de dix heures dans la nuit de lundi à mardi, après s’être barricadé dans son logement de la rue Vachon, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine à la suite d’une altercation avec un autre individu.

La police de Trois-Rivières a été appelée, vers 21 h 15 dans un immeuble de la rue Vachon pour une altercation entre deux individus qui aurait par la suite dégénéré en agression armée. Après avoir rencontré la victime qui aurait mentionné avoir été agressée par le suspect, les policiers se sont rendus dans un immeuble voisin afin de rencontrer le suspect.

Les policiers ont alors tenté de communiquer avec l’homme, mais celui-ci aurait refusé de collaborer et est resté à l’intérieur de son logement en compagnie d’une autre personne.

L’opération s’est terminée vers 7 h 15, mardi matin.

C’est à ce moment que l’importante opération policière s’est enclenchée dans le secteur et qu’un périmètre de sécurité a été érigé.

«Puisqu’on pensait qu’il y avait des armes à l’intérieur de la résidence, on a tenté de négocier sa sortie, mais il a toujours refusé, donc on a fait appel au service de la Sûreté du Québec avec le Groupe tactique d’intervention pour le déloger. Ce qui a été fait ce matin aux alentours de 7 h 30», explique le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la Direction de la Police de Trois-Rivières.

L’opération qui a duré près de 10 heures est maintenant terminée, et ce, depuis 7 h 30, mardi matin. L’individu, ainsi que la personne qui se trouvait également sur place ont été arrêtés et ont été transférés au quartier général de la Police de Trois-Rivières afin de rencontrer les enquêteurs. Les deux individus n’ont pas résisté à leur arrestation.

Le suspect, Denis Veillette, a pour sa part comparu au palais de justice de Trois-Rivières mardi, sous des chefs d’accusation de menaces de mort, agression avec une arme à plomb, port d’une cagoule dans l’intention de commettre un acte criminel, utilisation d’une fausse arme lors de la perpétration de voie de fait et enfin, d’avoir déchargé une arme. Compte tenu de ses antécédents judiciaires, la Couronne s’est objectée à sa remise en liberté. À la demande de son avocat, Me Louis R. Lupien, l’enquête sur caution a été fixée au 28 août. 

Avec la collaboration de Nancy Massicotte