Plusieurs perquisitions ont eu lieu dans le cadre de l'opération Mâchoire.

Opération Mâchoire: l'enquête sur détention se poursuit

L'enquête sur détention des membres du groupe de motards criminalisés en émergence, démantelé à l'occasion de l'opération Mâchoire en juin dernier, s'est poursuivie hier au palais de justice de Shawinigan.
L'enquête a continué avec les présentations de la Couronne de la preuve générale en début de matinée, et a poursuivi durant le reste de la journée avec des preuves plus spécifiques pour chacun des détenus qui demandent à être remis en liberté pour la durée des procédures judiciaires. Il ne nous est toutefois pas possible de relater le détail de cette preuve en vertu d'une ordonnance de non-publication.
Rappelons que sur les 25 personnes arrêtées dans le cadre de l'opération Mâchoire, dix d'entre elles, soit neuf hommes et une femme, ont choisi de faire valoir leur droit afin de recouvrer leur liberté. Cinq personnes ont depuis été remises en liberté et trois autres avaient été relâchées au moment des arrestations, sous promesse de comparaître. De plus, sept coaccusés ont choisi de renoncer à leur enquête sur détention.
C'est notamment le cas de la présumée tête dirigeante du réseau, Martin Grenier, 34 ans de Shawinigan. Ce dernier avait fait savoir lundi qu'il comptait renoncer à son enquête sur détention, mais en l'absence de son avocat pour officialiser le tout, il a dû attendre à hier pour que cette décision soit acceptée par le juge. Du même coup, il a assisté à une partie de la présentation de la preuve le concernant et ce, même s'il avait déjà choisi de renoncer à son enquête.
Un autre coaccusé, Luc Marcotte, a lui aussi choisi de renoncer à son enquête.
Les procédures doivent se poursuivre aujourd'hui ainsi que pour le reste de la semaine à Shawinigan. Il n'est d'ailleurs pas impossible que celles-ci se poursuivent aussi la semaine prochaine, étant donné l'ampleur de la preuve et le nombre d'accusés dans cette histoire.