La Sûreté du Québec lance un appel à la prudence concernant un nouveau stratagème de fraude qui vise des PME de différents secteurs.

Nouvelle arnaque: la SQ lance un appel à la prudence

La Sûreté du Québec lance un appel à la prudence concernant un nouveau stratagème de fraude qui vise des PME de différents secteurs.
Depuis mai 2017, trois entreprises du Québec, dont une établie en Mauricie, ont été prises au piège. Elles ont perdu pas moins de huit millions $ au total. Les deux autres PME sont situées sur la rive sud de Montréal et en Abitibi. Une tentative de fraude a également été rapportée du côté de Québec.
Les entreprises qui ont été ciblées à ce jour oeuvrent dans les domaines de la construction et de l'électronique. Les pertes sont considérables d'autant plus qu'elles risquent de ne pas être remboursées par leur institution financière en l'absence de lien direct entre celle-ci et le crime. 
L'arnaque est essentiellement basée sur un logiciel qui, une fois installé dans l'ordinateur de la PME, permet de vider les comptes de celle-ci en quelques secondes. Le sergent Stéphane Tremblay de la Sûreté du Québec a précisé qu'il s'agit d'un stratagème qui est très bien peaufiné. 
«Les fraudeurs sont très bien préparés et surtout convaincants. Ils s'expriment dans un bon français et ils ont des connaissances en informatique et en finances», a-t-il indiqué. 
C'est ainsi que lors d'un premier contact téléphonique, le fraudeur, qui s'identifie comme un employé d'une institution financière, propose de mettre à jour les données du système informatique de la compagnie qui donne accès aux opérations bancaires en ligne. Il soutient que la compagnie aura ainsi de meilleurs services financiers sur le plan des transactions bancaires et des achats en ligne.
Pour faire la mise à jour, l'employé de la compagnie en charge des finances est donc invité à télécharger le logiciel fourni par le fraudeur via courriel ou encore, de se diriger vers un site Internet donné par le fraudeur. 
Une fois le logiciel téléchargé ou le site Internet entré dans les favoris de l'ordinateur, le ou les suspects ont accès aux données bancaires. Le ou les fraudeurs mentionnent d'ailleurs à l'employé qu'il ne pourra pas avoir un accès en ligne aux comptes de la compagnie en raison de la mise à jour informatique qui nécessite quelques jours. Évidemment, aucune nouvelle n'est ensuite donnée par les fraudeurs puisqu'ils vident les comptes de la compagnie. 
La SQ invite donc les gens à demeurer très vigilants en matière de transmission d'informations personnelles. Elle rappelle qu'il ne faut jamais envoyer d'argent ni fournir des données bancaires, un NIP ou toute autre donnée relative à des cartes de crédit. 
«La question qu'il faut toujours se poser: est-ce qu'on me demande de fournir des renseignements que je ne donnerais pas habituellement à un étranger», rappelle le sergent Tremblay. 
Il suggère également aux personnes d'utiliser toujours le numéro de téléphone connu de leur institution financière avant de faire une transaction et non celui fourni par un inconnu au téléphone. Le mieux est encore de se rendre directement à la banque ou à la caisse. 
Une enquête est présentement menée par la Sûreté du Québec sur cette nouvelle escroquerie. 
«Pour l'instant, nous ne savons pas s'il s'agit de l'oeuvre d'une personne ou d'un groupe ni s'ils proviennent du Québec, du Canada ou de l'international», a ajouté le sergent Tremblay.
Il est possible que d'autres entreprises aient pu être victimes de cette arnaque ou d'une tentative. Toute information au sujet de ce stratagème doit donc être signalée de façon confidentielle à la Centrale de l'information criminelle au 1 800 659-4264.