Neuf véhicules volés dans le stationnement de l’édifice Dehauffe à Shawinigan

SHAWINIGAN — Ce n’est pas un ou deux ou même trois véhicules qui ont été volés dans le stationnement de l’édifice Dehauffe, sur la promenade du Saint-Maurice, à Shawinigan, dans la nuit du 5 octobre, mais bien neuf.

Heureusement, ils ont été retrouvés quelques heures plus tard dispersés à divers endroits au centre-ville de Shawinigan. Ils n’étaient pas endommagés.

Ces véhicules étaient utilisés par la Direction de la protection de la jeunesse.

«Le service de la sécurité a été informé du manque de véhicules dans la cour de l’installation. Rapidement, on s’est mis en action et une plainte a été déposée à la Sûreté du Québec», raconte Guillaume Cliche, porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Avant de revenir au bercail, ces véhicules sont passés sous la loupe de la Sûreté du Québec.

Toute cette histoire n’a pas affecté les services de la DPJ.

Rapidement, des véhicules ont été remis en circulation et des voitures provenant de flottes disponibles sur d’autres territoires ont été mises à la disposition de cette équipe.

Explosion d’un camion chez somavrac: les causes toujours inconnues

La direction de Somavrac Transport poursuit son enquête pour déterminer les causes de l’explosion qui a détruit un de ses camions, mardi soir. 

«Pour l’instant, on croit qu’il s’agirait d’une surpression du réservoir qui a entraîné l’incident. (...) Mais ce n’est qu’une hypothèse. L’enquête est en cours»,
souligne Andréanne Paquin, responsable des communications chez Somavrac. 

Des débris ont été projetés à plusieurs mètres de distance à la suite de la déflagration. Mais les dommages se limitent au véhicule, et heureusement, personne n’a été blessé. Il s’agissait d’un camion tracteur alimenté à la fois au diesel et au gaz naturel. C’était le seul camion du genre dans la flotte de véhicules de Somavrac.