Pascal Jean a écopé d'une peine de 21 mois de prison, assortie d'une probation de deux ans avec suivi.

Neuf mois de prison pour l'agresseur au sperme

Dave Mailhot Girard, cet homme reconnu coupable d'agressions sexuelles sur deux inconnues au centre-ville de Trois-Rivières, a écopé, lundi, d'une peine de neuf mois de prison pour ses crimes.
L'individu de 26 ans, de Trois-Rivières, avait notamment déversé du sperme dans le dos d'une femme à la bibliothèque Gatien-Lapointe le 12 octobre 2012.
Il avait en effet décidé de reproduire une vidéo trouvée sur Internet. Après avoir pris soin d'éjaculer son sperme dans un petit contenant, il était parti à la recherche d'une femme pouvant ressembler à la victime sur la vidéo. Il s'était ainsi rendu à la bibliothèque municipale et avait déversé son sperme dans le dos d'une femme accroupie près d'une étagère de livres.
Cette dernière a raconté, hier, que cet événement avait suscité chez elle beaucoup de dégoût d'incompréhension, des cauchemars et de l'anxiété. Qui plus est, cet événement avait compliqué sa vie en lui faisait perdre sa naïveté vis-à-vis les gens. Malgré tout, elle était satisfaite du processus judiciaire car il lui permettait de tourner la page.
Son agresseur s'était également livré à des délits sexuels sur une autre inconnue rencontrée au centre-ville trois mois plus tôt, soit le 3 juillet. Il l'avait en effet abordée sur la rue pour lui demander une cigarette. Tandis qu'ils étaient assis sur un banc de parc, il l'avait touchée près du vagin, aux fesses et aux seins sous prétexte qu'il voulait lire une inscription sur son jeans. Il s'était ensuite masturbé à ses côtés.
Depuis cet événement, cette victime doit elle aussi composer avec des cauchemars et la peur.
Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Julien Beauchamp-Laliberté, et l'avocat de la défense, Me Alexandre Biron, se sont entendus pour soumettre une suggestion commune de sentence à la juge Guylaine Tremblay, soit neuf mois. Cette peine tient compte de la détention préventive du délinquant depuis le 13 janvier.
La juge Tremblay l'a qualifiée de raisonnable dans les circonstances. En effet, elle retient du rapport sexologique que Mailhot Girard n'a pas les traits d'un prédateur sexuel mais plutôt d'un mythomane. Il a en effet changé sa version des faits en cours de route.
Comme les risques de récidive ne sont pas totalement écartés, le prévenu devra également se soumettre à une probation de deux ans dont 18 mois avec suivi. Il devra ainsi suivre les directives de son agent de probation relativement à une thérapie pour sa problématique sexuelle.
Il sera inscrit au Registre des délinquants sexuels à vie. Il lui sera interdit de communiquer avec les victimes, leur famille et de se rendre dans toutes les bibliothèques de la Ville de Trois-Rivières et enfin, de se trouver dans le quadrilatère formé des rues Royale, Bonaventure, Hart et des Forges.
Ses autres dossiers, dont une nouvelle accusation d'agression sexuelle en lien avec un événement survenu le 11 octobre, ont été fixés au 11 mars.