Deux hommes avec des brûlures ont été appréhendés mardi soir à Bécancour, alors qu'ils circulaient à bord d'une camionnette immatriculée au nom du propriétaire d'un chenil de Leclercville détruit par un incendie plus tôt en soirée.

Nébuleuses circonstances entourant un incendie dans un chenil

La Sûreté du Québec (SQ) tentait mardi soir de démystifier les circonstances nébuleuses de l'incendie d'un chenil survenu plus tôt dans la soirée, à Leclercville.
Vers 17h30, deux hommes victimes de brûlures à la suite de ce qui serait une explosion d'une machine à souder, selon leur premier témoignage, ont été appréhendés par un patrouilleur de la SQ alors qu'ils circulaient à bord d'une camionnette sur la route 132 dans le secteur Gentilly, à Bécancour. 
Lorsque le policier est allé à la rencontre des deux occupants du véhicule, il a découvert que les deux hommes étaient blessés par des brûlures. Appelés sur place, des ambulanciers ont conduit les deux hommes au centre hospitalier, où ils se trouvaient toujours mardi soir au moment d'écrire ces lignes. 
Quelques minutes plus tôt, vers 17h, un incendie a été signalé dans un chenil du rang du Portage à Leclercville, à une quarantaine de kilomètres de l'endroit où les deux hommes ont été interpellés. Toujours selon la SQ, le chenil est une perte totale, mais les propriétaires n'ont pas été blessés. Une des deux propriétaires a toutefois été transportée à l'hôpital pour un choc nerveux. De plus, les chiens auraient tous été sauvés. 
Bien que les policiers tentaient toujours d'élucider cette histoire mardi soir, la SQ précisait que la camionnette était immatriculée au nom du propriétaire du chenil. Les policiers ne savaient toutefois pas encore si les deux hommes victimes de brûlures avaient l'autorisation d'utiliser le véhicule. Ceux-ci devaient être rencontrés par les policiers. De plus, des enquêteurs spécialisés en incendie doivent se rendre sur place mercredi afin de déterminer les causes du brasier.