Michaël Héon prend le chemin de la prison: «Vous ne pouvez toucher à personne sans consentement»

TROIS-RIVIÈRES — Michaël Héon, cet individu de 34 ans qui a agressé sexuellement une jeune femme de 19 ans dans sa voiture en plus de commettre des gestes indécents à l’endroit d’une joggeuse au boisé Châteaudun l’automne dernier, devra purger une peine d’emprisonnement. Alors qu’il prononçait la sentence à l’endroit de l’accusé, le juge Jacques Trudel lui a servi un sérieux avertissement quant à la notion de consentement.

Rappelons que dans les plaidoiries sur sentence pour cette affaire, il avait été évoqué par l’avocat de l’accusé, Me Louis R. Lupien, que son client n’avait pas toute la capacité cognitive de comprendre la portée et les conséquences des gestes posés, l’accusé étant limité intellectuellement.

Le juge Trudel a dit comprendre que l’homme n’avait pas la capacité cognitive de comprendre les enjeux liés à son comportement, mais a dit vouloir s’adresser à lui de manière claire, afin que le message que l’on tend à véhiculer dans la société puisse être à sa portée.

«Il faut que vous compreniez une chose. Vous ne pouvez toucher à personne sans consentement. Aussi léger que soit ce toucher, vous ne pouvez pas», a déclaré le juge, qui a précisé que le consentement devait évidemment venir avant, et non après les gestes posés.

Michaël Héon prend le chemin de la prison.

On se souviendra que l’agression sexuelle pour laquelle Michaël Héon s’est reconnu coupable est survenue alors qu’il proposait un transport à une jeune femme de 19 ans vers un marché d’alimentation. Durant le trajet, il lui a touché la cuisse, l’entrejambe et un sein, en plus d’avoir tenté de l’embrasser en lui passant le bras autour du cou.

L’homme s’était également reconnu coupable d’actes indécents envers une joggeuse de 36 ans, à qui il avait exhibé son pénis à au moins deux reprises au boisé Châteaudun. Selon le rapport présentenciel produit dans le cadre des procédures judiciaires, il avait été établi que l’homme semblait entretenir une obsession à se trouver une blonde. De plus, il a des antécédents judiciaires en matière de voies de fait, harcèlement et bris de condition.

Le juge Jacques Trudel s’est rendu à la suggestion commune de la Couronne, représentée par Me Julie Forget, et de l’avocat de la défense, Me Louis R. Lupien, soit une peine de 5 mois d’emprisonnement. Compte tenu de la détention préventive, il restera à Michaël Héon 90 jours de prison à purger.

Une fois libéré, l’homme devra se soumettre à une probation de trois ans, soit la probation la plus longue qui puisse être imposée dans ce genre de dossier. Durant cette probation, il devra suivre toutes les directives en ce qui concerne sa problématique de nature sexuelle et toute autre problématique contributoire. Il devra aussi prendre sa médication, mais il lui sera interdit de consommer des stéroïdes anabolisants ou toute autre médication visant à substituer ou augmenter la testostérone.

Advenant qu’il soit libéré avant le 31 octobre prochain, il lui sera interdit de se trouver dans un parc public jusqu’à cette date.

Michaël Héon sera en outre inscrit sur le registre des délinquants sexuels pour dix ans.