Michael Héon devra subir un examen sur sa responsabilité criminelle

TROIS-RIVIÈRES — Michaël Héon devra subir une évaluation psychiatrique visant à déterminer sa responsabilité criminelle lors des infractions de nature sexuelle qui lui sont reprochées.

Alors que le prévenu devait subir son enquête sur caution lundi, son avocat, Me Louis R. Lupien, a suggéré que son client soit plutôt envoyé pour 30 jours au Centre régional de santé mentale pour cette évaluation psychiatrique, ce qui n’a pas été contesté par le procureur de la Couronne, Me Éric Boudreau.

En fait, tel que l’a noté le juge Jacques Lacoursière en prononçant l’ordonnance, ce n’est pas une demande superflue dans les circonstances puisque certaines problématiques psychologiques ont été relevées lors d’une précédente évaluation.

Qui plus est, d’autres accusations de même nature devraient bientôt être déposées contre lui, ce qui nécessitera plus de temps pour étudier la preuve. La cause a donc été fixée au 28 novembre.

Rappelons que cet individu de 33 ans est accusé d’agression sexuelle et d’actions indécentes. Les infractions auraient été commises entre autres au parc Châteaudun, dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine. Il aurait agressé sexuellement une adolescente de 17 ans le 19 septembre dernier. Le 18 octobre, il se serait livré à des actions indécentes devant une autre femme, d’âge adulte cette fois-ci.

Une dénonciation a également été déposée contre lui dans laquelle il est allégué qu’en raison d’incidents survenus le 17 septembre envers deux autres femmes, le ministère public réclame qu’il contracte un engagement de type 810 l’obligeant à respecter une série de conditions parce qu’il y aurait des raisons de croire qu’il pourrait leur causer des lésions ou endommager leur propriété.