Noémie Morin et Mauricio Peralta Severino ont dû s’engager financièrement pour 12 000 $ chacun afin de garantir le respect de leurs conditions de remise en liberté.

Meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert: deux présumés complices remis en liberté sous conditions

Trois-Rivières — Les deux présumés complices des meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert ont été remis en liberté pour la durée des procédures judiciaires intentées contre eux mais ils devront respecter une série de conditions.

Ainsi, Noémie Morin, qui est accusée du meurtre au premier degré par le biais de la complicité de Steve Lamy, de séquestration et d’extorsion, toujours par le biais de la complicité, de vol qualifié et de complicité après le fait, devra entreprendre et compléter une thérapie fermée de six mois à la Maison Carignan sans possibilité de sortie. Elle et sa mère ont dû s’engager financièrement pour un montant total de 12 000 $, dont 2000 $ avec dépôt. La jeune femme de Bécancour devra également garder la paix, ne pas posséder d’armes, ne pas consommer de l’alcool et des drogues. Il lui sera par ailleurs interdit de communiquer avec certains individus reliés de près ou de loin à ces meurtres, notamment René Kègle, Francis Martel, Mauricio Peralta Severino, Gilles Guilbeault et d’autres personnes.

Dans le cas de Mauricio Peralta Severino, qui est accusé de complicité après le fait dans le meurtre de Jean-Christophe Gilbert et d’outrage à son cadavre, il a lui aussi pu reprendre sa liberté avec des conditions semblables. Il n’a pas l’obligation de suivre une thérapie mais il doit demeurer chez son employeur à Laval et y respecter un couvre-feu de 21 h à 6 h. Lui et sa caution ont dû s’engager financièrement pour 12 000 $. Originaire de la République dominicaine, il a dû déposer son passeport au greffe et s’engager à ne pas quitter le pays. Évidemment, il lui est interdit de communiquer avec des témoins et présumés complices, d’avoir des armes en sa possession, de consommer de l’alcool et des drogues et de se trouver dans des bars.

Le procureur de la Couronne, Me Benoît Larouche, a expliqué avoir consenti à ce que Noémie Morin et Mauricio Peralta Severino soient remis en liberté sans que des audiences se tiennent devant la Cour supérieure. «Les chefs d’accusation portés contre eux, leur niveau d’implication et leur jeune âge ont milité en faveur de leur liberté», a-t-il précisé.

C’est sur le chemin Bradley qu’ont été retrouvés deux cadavres à l’intérieur d’une voiture incendiée. Les policiers avaient installé un abri sur les lieux  pour mener l’enquête.

Il ne considère pas avoir été clément mais plutôt réaliste dans cette affaire. «J’ai présumé qu’une décision de la Cour supérieure aurait pu nous être défavorable. J’ai donc préféré déterminer les conditions de remise en liberté plutôt qu’elles nous soient imposées», a-t-il ajouté.

Leur cause a été reportée au 1er mai.

Il y a cependant fort à parier que la Couronne ne consentira pas à remettre en liberté un autre présumé complice dans cette affaire, Gilles Guilbeault, si ce dernier devait déposer pareille requête devant la Cour supérieure, et ce, en raison de ses nombreux antécédents judiciaires.

Ce dernier est pour sa part accusé de complicité après le fait pour les meurtres de Steve Lamy et de Jean-Christophe Gilbert, d’introduction par effraction dans la résidence de Steve Lamy dans le but d’y commettre un acte criminel et d’introduction par effraction et vol. Il doit revenir devant le tribunal ce 15 mars.

Rappelons que Jean-Christophe Gilbert a été tué en premier, plus précisément le 2 octobre. Son corps aurait par ailleurs été démembré le 8 octobre par un autre suspect dans cette histoire, soit Mauricio Peralta Severino de Laval. L’entrepreneur Steve Lamy a pour sa part été assassiné le 8 octobre. Dans les deux cas, les corps ont été jetés dans le véhicule de Lamy qui a été retrouvé incendié sur le chemin Bradley le 10 octobre. Quelques heures auparavant, le même jour, la jeune Ophélie Martin-Cyr avait été assassinée dans un champ à Yamachiche.

À ce jour, René Kègle a uniquement été accusé du meurtre de la jeune Ophélie Martin-Cyr et de tentative de meurtre sur une autre jeune fille. Il aurait alors été accompagné de Francis Martel, également accusé en lien avec ces deux crimes. L’enquête policière se poursuit toujours.