Marie-Lou Beauchamp Filion

Marie-Lou Beauchamp Filion accusée du meurtre prémédité de son fils de 2 ans

Marie-Lou Beauchamp Filion, une femme de 39 ans, a été formellement accusée, lundi matin, du meurtre au premier degré de son enfant de deux ans.
Le drame est survenu dans un logement de l'avenue Cyr à Bécancour.
Sa comparution a eu lieu au palais de justice de Trois-Rivières dans une salle d'audience où s'étaient réunis pour l'occasion des membres de sa famille et de l'enfant. Toute menue, elle a été emmenée à deux reprises dans le box des accusés par les agents de services correctionnels.
La première fois, elle n'a manifesté aucune émotion particulière. Elle a tout au plus hoché la tête pour confirmer son identité. La deuxième fois, elle a semblé plus troublée pendant qu'il était question de son état mental.
Elle est accusée du crime le plus grave du Code criminel, soit le meurtre prémédité de son enfant. Sa détention pour la durée des procédures judiciaires est donc automatique. Si elle désire obtenir une remise en liberté, elle devra se présenter devant la Cour supérieure.
La Couronne a par contre demandé une évaluation psychiatrique sur son aptitude à comparaître. Me Martine Tessier a en effet expliqué à la juge Dominique Slater que la prévenue était déjà suivie par un psychiatre pour une dépression. Une médication lui avait d'ailleurs été prescrite. 
L'avocate de la défense Me Pénélope Provencher a pour sa part indiqué qu'elle consentait à cette demande. Plus tard, elle a justement précisé que cette évaluation visait à déterminer si elle était apte mentalement à subir un procès. Cette évaluation ne doit pas être confondue avec celle portant sur la responsabilité criminelle. 
La prévenue sera donc conduite au Centre régional de santé mentale de Shawinigan pour y subir son évaluation pendant les 30 prochains jours Par le fait même, elle y restera détenue. Elle sera de retour au palais de justice le 4 octobre.
Rappelons que le drame est survenu vendredi dans un logement de l'avenue Cyr à Bécancour. Le bambin a été retrouvé en arrêt cardiorespiratoire. Les paramédics ont tenté de le réanimer mais sans succès. 
L'accusée a également été transportée en ambulance parce qu'elle nécessitait des soins. 
Personne n'a encore été en mesure de confirmer officiellement si elle avait tenté de mettre fin à ses jours. Elle a été hospitalisée au cours du week-end. Les enquêteurs l'ont néanmoins rencontrée et interrogée. Elle a été accusée du meurtre de son fils par voie téléphonique pour respecter les délais de comparution. 
Selon ce qu'on a pu apprendre, l'accusée vivait une séparation très difficile avec le père de l'enfant. Autrefois domiciliée à Montréal, elle demeurait à Bécancour depuis un an et demi avec son bébé. C'est un proche de la famille qui aurait découvert l'enfant et la mère dans le logement et qui a appelé les secours vendredi soir. 
Une autopsie a eu lieu lundi sur le corps de l'enfant afin de déterminer les causes de sa mort. Les résultats ne sont pas encore connus.