Louka Fredette retrouvé sain et sauf: les proches de Cédrika Provencher soulagés

Le père de Cédrika Provencher, Martin Provencher, et Henri Provencher, le grand-père de la petite disparue puis assassinée en 2007, sont soulagés d'apprendre que le jeune Louka Fredette a été retrouvé sain et sauf. Le père de l'enfant de six ans, Ugo Fredette, a été arrêté en Ontario par les policiers.
Le grand-père de Cédrika Provencher, Henri Provencher, avait lancé un message sur Facebook jeudi soir dans l'espoir de convaincre Ugo Fredette de ramener son fils en sécurité.
«C'est une belle nouvelle. C'est certain que je suis soulagé. Lorsqu'on parle d'un enfant, ça vient tous nous chercher», lançait en fin d'après-midi le père de Cédrika Provencher, Martin Provencher. «Ça ne change pas la donne pour nous, mais enfin... un autre de retrouvé.»
«On ne pouvait pas avoir de fin plus heureuse, au moins pour l'enfant», affirme Henri Provencher.  
Les deux hommes sont convaincus que la publication rapide de l'alerte AMBER et sa diffusion dans les médias ainsi que sur les réseaux sociaux ont contribué à retrouver l'enfant. «Tous les réseaux sociaux, le travail des médias et des policiers font ensemble que ça donne des résultats», estime Martin Provencher. 
«Il y a beaucoup de choses qui ont changé, dont la rapidité de l'information. La population, les médias et les policiers ont tous un rôle à jouer. C'est un travail d'équipe, car les premières heures sont cruciales. C'est tellement une bonne nouvelle.»  
Henri Provencher a rencontré Ugo Fredette lorsque ce dernier participait à la réalisation d'un documentaire sur Cédrika. Alors que Fredette était en cavale, M. Provencher a tenté de le raisonner en publiant un cri du coeur du Facebook. 
«On ne sait pas la recette miracle dans ces circonstances. On ne sait pas ce qui va toucher la personne ou permettre de retrouver l'enfant. C'est l'ensemble de tout ça», précise Henri Provencher. «La population a aussi bien réagi en diffusant l'information, en étant alerte et en donnant de l'information à la police. C'est l'ensemble de tout ça qui permet de retrouver l'enfant rapidement.»
La vitesse à laquelle la Sûreté du Québec a publié l'alerte AMBER a donc été primordiale, croit Henri Provencher. «C'est ce qu'il faut. Ce n'est pas l'affaire d'une personne ou d'un groupe, la disparition d'un enfant est l'affaire de tout le monde», note-t-il. 
Cela dit, le fait que les policiers ont retrouvé sain et sauf le jeune Louka n'éclipse pas le drame qui s'est produit. La mère de l'enfant, Véronique Barbe, a été retrouvée sans vie. Le principal suspect de ce meurtre est son conjoint Ugo Fredette. «Mes pensées sont encore avec la famille. Il y a un drame qui s'est produit. Cette famille sera marquée pour toujours. Il y a une personne qui manque», note Martin Provencher. 
Cette histoire rappelle tristement la disparition de Cédrika Provencher à ses proches. Henri et Martin Provencher sont toutefois heureux que les autorités publient maintenant plus rapidement l'alerte AMBER que lorsque Cédrika a disparu. «On peut avoir des fins différentes que ce que nous avons connu et des temps d'action beaucoup moins longs. C'est merveilleux», estime le grand-père de Cédrika Provencher. 
«Ramène-le, raisonne-toi!» 
Alors que l'enfant n'avait toujours pas été retrouvé, Martin Provencher a lancé un cri du coeur à Ugo Fredette, considéré comme suspect du meurtre de son ex-conjointe et de l'enlèvement de son fils Louka. Celui qui a connu le suspect dans le cadre du tournage d'un documentaire sur l'enlèvement de Cédrika avait supplié Fradette de ramener le garçon sain et sauf.
«Ramène-le, raisonne-toi! Tu ne peux pas prendre la vie d'un enfant. Si le gars a le goût de partir en cavale et de fuir la justice, c'est une chose, mais qu'il laisse l'enfant à quelqu'un», avait alors affirmé Martin Provencher.
La relation entre M. Provencher et Ugo Fredette s'était quelque peu envenimée lorsque le suspect et le réalisateur du documentaire, Stéphan Parent, avaient insisté pour poursuivre la production une fois les ossements de la petite découverts, en 2015, ce qui allait à l'encontre de la volonté de la famille. Toutefois, Martin Provencher n'a pas voulu mettre l'accent sur cette partie de l'histoire et sur sa relation avec l'individu.
De son côté, le grand-père de Cérika Provencher, Henri Provencher, avait lancé un message sur Facebook jeudi soir dans l'espoir de convaincre Ugo Fredette de ramener son fils en sécurité et de se rendre à la police. Celui qui a côtoyé l'homme à quelques reprises disait croire l'homme capable d'empathie et de raison.
«Je le sais capable d'être empathique, j'ai voulu le raisonner. Lorsque nous avions tourné des scènes du documentaire sur Cédrika, il m'avait parlé et était devenu très émotif en me disant que s'il fallait que quelque chose de semblable arrive à son fils, il ne sait pas ce qu'il ferait. Ça lui est arrivé, lors du tournage de certaines scènes, de devenir bouleversé, avec les larmes aux yeux. Ça ne peut pas résumer au complet sa personnalité, mais moi c'est la perception que j'en ai eue», expliquait en matinée M. Provencher.
Ugo Fredette et Henri Provencher se sont rencontrés à quelques reprises, notamment lors du tournage du documentaire du réalisateur Stéphan Parent, mais également en 2015, au moment où Fredette avait participé à Trois-Rivières aux activités entourant la Journée mondiale de prévention des enlèvements d'enfants.