Des fleurs ont été déposées devant la maison où a eu lieu le triple meurtre à Trois-Rivières. Du côté des amis des accusés, c'est l'incompréhension totale.

L'incompréhension des amis des accusés

Le triple meurtre survenu mardi à Trois-Rivières était bien sûr le sujet de conversation qui était sur toutes les lèvres des élèves de l'école secondaire du secteur de Cap-de-la-Madeleine que fréquentait un des deux accusés. Une amie des deux adolescents a souligné que l'un d'entre eux avait des problèmes et qu'il aurait même tenté de trouver de l'aide.
Les élèves rencontrés par le Nouvelliste à la sortie des classes étaient encore sous le choc, une journée après le drame qui a fauché la vie d'une jeune femme, de sa soeur cadette et de son ami de coeur.
Les jeunes qui connaissaient les deux suspects ont décrit le premier comme étant timide et très réservé, si bien que rares étaient les élèves de son école rencontrés hier qui le connaissaient personnellement. Son présumé complice était quant à lui dépeint comme une personne avec un caractère plus exubérant. Les deux avaient toutefois un point en commun. Selon les jeunes rencontrés, ils consommaient beaucoup de drogues chimiques, ce qui aurait souvent influencé leurs comportements.
Parmi les élèves qui connaissaient les deux suspects, une adolescente était particulièrement secouée. Elle avait du mal à réaliser l'ampleur des gestes commis par ses amis avec qui elle passait du temps.
«Je ne pensais jamais qu'ils allaient faire quelque chose comme ça», a confié la jeune fille encore sous le choc en parlant d'un des suspects. «Il avait des problèmes, mais je ne pouvais pas croire qu'il allait tuer des personnes.»
L'adolescente nous a affirmé qu'un des jeunes accusés aurait tenté au cours des derniers mois de chercher de l'aide, mais sans succès. Elle estime qu'il «n'allait vraiment pas bien». La jeune fille sentait que son ami vivait avec un mal d'être, mais il était très réservé.
Un adolescent qui connaît l'autre jeune suspecté d'avoir commis les meurtres nous a aussi confié que jamais il aurait pensé que son ami aurait pu commettre un geste d'une telle violence.
L'adolescente amis des deux accusés évite les réseaux sociaux depuis les tragiques événements. Elle ne veut pas être confrontée aux commentaires haineux à l'endroit des deux suspects, tant la blessure est profonde.