Liberté refusée à Goyer-Brideau

TROIS-RIVIÈRES — Jonathan-Billy Goyer-Brideau, cet individu soupçonné d’être l’auteur d’une agression armée derrière un bar de Louiseville durant le Festival de la galette, devra demeurer derrière les barreaux pour le reste des procédures judiciaires.

Malgré les efforts de son avocat Me Gabriel D. Auger, la juge Guylaine Tremblay a conclu que sa détention était nécessaire en raison de la gravité de l’infraction qui lui est reprochée, des probabilités marquées de condamnation et de ses antécédents judiciaires. Lors des événements, il devait en plus respecter des conditions, dont un couvre-feu, et l’interdiction d’avoir des drogues en sa possession. Cet engagement avait été signé quelques jours plus tôt.

Rappelons que cet homme de 29 ans, de Louiseville, est accusé de voies de fait armées, voies de fait causant des lésions corporelles, bris d’engagement, possession de cocaïne, de cannabis et de haschich aux fins de trafic.

Dans la nuit du 28 au 29 septembre, il aurait poignardé un homme lors d’une bagarre. Les événements étaient survenus derrière le bar Brassette L’Ami. Selon ce que l’enquête de la Sûreté du Québec a révélé, le suspect aurait été vu par un client en train de pousser une fille contre le bar et l’insulter. Cet homme se serait donc porté à la défense de la fille. En retour, le suspect l’aurait invité à sortir à l’extérieur afin de régler leurs comptes. Une bagarre aurait ensuite éclaté entre les deux hommes. C’est au cours de cette altercation que le suspect a soudainement sorti un couteau pour piquer le plaignant. Il a ensuite pris la fuite.

La victime a dû être conduite à l’hôpital en raison de ses blessures. Les examens préliminaires ont permis de relever au moins quatre lacérations sur le corps dont une au biceps, une autre au trapèze, une troisième sur le thorax et une autre à la hanche. Les blessures ne sont pas très profondes mais elles ont nécessité des points de suture.

Au terme des recherches, le suspect avait finalement été retracé le lendemain chez une copine où il se terrait dans un garde-manger. La perquisition réalisée à son domicile avait par ailleurs permis de saisir des stupéfiants, du matériel servant au trafic et un billet de 100 $ contrefait.

La cause a été reportée au 2 novembre.