Jonathan Gobeil

L'homme qui avait mangé sa déposition policière plaide coupable

Jonathan Gobeil a plaidé coupable dans de nouveaux dossiers en matière de vol, mercredi, au palais de justice de La Tuque. En juin 2016, il avait plaidé coupable à deux chefs d'agression sexuelle. Les représentations sur la peine devraient avoir lieu dans quelques semaines.
L'accusé a reconnu sa culpabilité, entre autres, pour un vol de véhicule côte à côte et l'équipement qu'il y avait à l'intérieur à la pourvoirie Oswego à Lac-Édouard en octobre 2016, un vol approximatif de 20 000 $. Il a également avoué s'être introduit par effraction dans l'établissement pour subtiliser plusieurs objets.
Jonathan Gobeil a également reconnu avoir volé un VTT de marque Suzuki. Toujours dans la même série de vols en octobre 2016, il se serait emparé à un autre endroit de divers objets, entre autres, une scie à chaîne, une caméra de chasse et des outils.
Il faut dire que cela survient alors que l'accusé était en attente d'une sentence dans d'autres dossiers en matière sexuelle. Un rapport présentenciel avait été demandé.
En juin dernier, Jonathan Gobeil avait plaidé coupable aux deux accusations d'agression sexuelle qui pesaient contre lui. 
Des enquêteurs avaient alors raconté que, lors de l'interrogatoire au poste de police, l'accusé avait demandé une feuille pour écrire sa déposition. Ils ont dû intervenir après avoir laissé l'accusé seul dans la salle d'interrogatoire. «On s'est rendu compte que l'accusé mangeait la feuille», avait témoigné un des enquêteurs.
Ces derniers avaient eu peur que l'accusé s'étouffe avec ladite feuille, sur laquelle il avait eu le temps de rédiger un paragraphe. «Il n'avait pas d'eau pour avaler», avait témoigné la policière.
Les policiers n'ont jamais réussi à récupérer la feuille de 8 pouces sur 14 que l'individu a ingérée au complet.
Les représentations sur la peine dans tous les dossiers auront lieu dans quelques semaines. L'accusé demeurera détenu jusqu'à son retour devant le tribunal.