Anthony Arvisais

Leurre auprès de jeunes hockeyeurs: six mois de prison pour Anthony Arvisais

Anthony Arvisais, cet ancien préposé à l'équipement pour les Tigres de Victoriaville, devra purger une peine de six mois de prison en lien avec des crimes de nature sexuelle commis sur des mineurs.
Il s'agit d'ailleurs de la peine minimale pour le chef de leurre qui consiste à avoir communiqué avec un enfant de moins de 16 ans afin de faciliter la perpétration d'un délit sexuel. Quant aux deux autres infractions qui lui étaient reprochées et pour lesquelles il a plaidé coupable en 2016, il s'agit d'incitation à des contacts sexuels et d'avoir transmis du matériel sexuellement explicite. 
Le juge Jacques Lacoursière a donc entériné la suggestion commune faite par le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, et l'avocat de la défense, Me Jules Ricard. 
Il a conclu qu'elle était raisonnable dans les circonstances puisque les rapports présentenciel et sexologique de l'accusé sont positifs. Arvisais ne souffrirait pas d'une déviance sexuelle particulière. Les gestes posés alors qu'il avait 20 ans relèvent plutôt de l'immaturité. Le jeune homme devra donc purger six mois derrière les barreaux, moins une journée de détention provisoire. 
Rappelons qu'Arvisais avait profité de son emploi de préposé à l'équipement dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec pour entretenir des communications de nature sexuelle avec de jeunes hockeyeurs de l'Académie les Estacades. 
Les faits seraient plus précisément survenus alors qu'il travaillait pour l'Armada de Blainville-Boisbriand entre décembre 2015 et mars 2016. 
Par le biais d'un téléphone intelligent, il a proposé aux jeunes un accès à du matériel sportif à prix réduit en échange de faveurs sexuelles et surtout, des photos de nudité. Il avait aussi demandé des fellations. Toutefois, il n'y a jamais eu de contact physique avec les présumées victimes dans cette affaire. Aux dires de son avocat Me Ricard, il a commis une folie de jeunesse alors qu'il vivait seul en appartement et qu'il avait consommé de l'alcool. 
Lors du prononcé de la sentence mercredi, Arvisais a pris soin de s'excuser auprès des victimes, de sa famille et de l'organisation de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il se serait d'ailleurs repris en main depuis les événements. Il suit activement les thérapies qui lui sont proposées, dont une à Domrémy concernant un problème de jeu.
Il demeurera toutefois sous surveillance jusqu'à sa sortie de prison puisqu'il sera soumis à une probation de deux ans avec un suivi pendant un an. Il devra poursuivre sa thérapie à Domrémy et se soumettre à tout traitement thérapeutique proposé par son agent de probation en lien avec les problématiques de jeu et de sexualité. Il sera également inscrit au Registre des délinquants sexuels à vie.
Les gestes illicites du jeune homme avaient été mis au jour lors de la tenue d'une activité de sensibilisation sur la pornographie juvénile auprès des hockeyeurs de l'Académie les Estacades de Trois-Rivières.