Benoît Charbonneau, président et actionnaire du bistro-brasserie Les Soeurs Grises prétend qu'il n'avait pas de bail avec le propriétaire de l'immeuble situé sur la rue Notre-Dame à Trois-Rivières et qu'il a payé 82 000 $ en loyer depuis avril 2015.

Les Soeurs Grises: le président et actionnaire se défend

Le président et actionnaire du bistro-brasserie Les Soeurs Grises à Trois-Rivières, Benoît Charbonneau, a la ferme intention de se défendre dans la poursuite de 81 503 $ intentée contre lui et son entreprise pour loyer impayé.
Rejoint en après-midi mercredi, l'homme d'affaires a en effet tenu à rectifier certaines des informations contenues dans la requête de Robert Lavoie, le propriétaire de l'immeuble. «Il n'y a jamais eu de bail et je n'ai jamais rien cautionné. Je vais me rendre devant les tribunaux pour combattre ces allégations et faire valoir mes points», a-t-il déclaré. 
Selon lui, il y aurait seulement eu une offre de location et non un bail. «Nous avons voulu renégocier le prix à plusieurs reprises, car nous avons constaté que ça ne correspondait pas à la valeur du marché pour Trois-Rivières. Par contre, les négociations n'ont jamais abouti. Au départ, le propriétaire de l'immeuble réclamait plus de 6000 $ pour louer ce local par mois», a affirmé M. Charbonneau. 
Rappelons que dans sa poursuite civile, Robert Lavoie soutient que BBLSG-TR inc, (l'entreprise propriétaire des Soeurs grises à Trois-Rivières) aurait omis de payer le loyer mensuel de 4550 $ entre les mois d'avril 2016 et de juin 2017, ce qui correspond à une somme totale de 81 503,75 $. Le bail qui unit les deux parties aurait été signé le 2 avril 2015. À cette époque, c'est une compagnie à numéros qui avait loué le local commercial au 1433, Notre-Dame Centre, Trois-Rivières. En janvier 2016, ladite compagnie a changé de nom pour devenir BBLSG-TR.
À partir d'avril 2016, cette entreprise aurait fait défaut de payer le loyer mensuel. Des mises en demeure ont ensuite été envoyées, mais sans donner de résultats. Une poursuite a donc été signifiée le 26 juin dernier puis amendée le 27 juillet. M. Lavoie réclame non seulement la somme de 81 503,75 $ avec les intérêts à BBLSG-TR, mais aussi à Benoît Charbonneau. M. Lavoie soutient que celui-ci s'est porté caution lors de la signature du bail.
M. Charbonneau précise que le bistro-brasserie Les Soeurs Grises a commencé à payer un loyer de 6000 $ environ dès avril 2015. «En arrivant dans ce local inoccupé depuis longtemps, nous avons découvert plusieurs problèmes comme de l'amiante. Nous avons dû investir beaucoup d'argent. Nous étions également supposés signer un bail, mais ça ne s'est jamais fait, d'autant plus que nous demandions d'avoir les vrais chiffres. Nous avons versé environ 82 000 $ de loyer sans jamais avoir de facturation», a ajouté M. Charbonneau. 
Il prétend également que la faillite de l'entreprise à Trois-Rivières n'est pas étrangère au coût de location. «C'est trop élevé pour le marché. Si le prix avait été plus bas, nous aurions pu continuer. C'était bien parti pour nous», a-t-il indiqué. 
Or, on sait que l'établissement a cessé ses opérations dimanche dernier et envoyé un avis de faillite.
Mercredi matin, la cause devait être entendue au palais de justice de Trois Rivières, mais elle a finalement été reportée. Me Pierre Soucy, l'avocat de Robert Lavoie, explique qu'en raison de la faillite de l'entreprise et de la fin de ses opérations, l'ordonnance de sauvegarde qui était réclamée pour assurer le paiement du loyer pendant les instances judiciaires a été abandonnée. Par contre, la poursuite de 81 503 $ pour le loyer impayé est maintenue contre la caution, Benoît Charbonneau. Un échéancier sera éventuellement fixé sur la suite des procédures.