Le vent a ont arraché une bonne partie de la toiture de l'établissement de l'entreprise Gestions N.A. Carrier.

Les forts vents ont occasionné des dommages à La Tuque

Arbres déracinés, toitures arrachées, poteaux électriques cassés, les forts vents qui ont soufflé en Haute-Mauricie, lundi, ont donné du fil à retordre aux autorités et à plusieurs citoyens de La Tuque.
«Après l'heure du souper, on a commencé à avoir de gros vents et on a commencé à avoir des téléphones. On a eu un premier appel pour un poteau d'Hydro-Québec avec un transformateur cassé dans le secteur 155 sud près du Lac-à-Beauce. Avant même d'avoir le temps de se mettre en direction, on avait déjà un deuxième appel», a fait savoir le directeur du service de sécurité incendie de La Tuque, Serge Buisson.
Il s'agissait alors de la toiture d'un immeuble à logement de la rue Saint-Antoine au centre-ville de La Tuque qui a été soulevé par le vent. Des débris ont même atterri sur des véhicules dans le stationnement du IGA tout près.
«À notre arrivée, il y avait une partie de la toiture sur les fils électriques, alors on a demandé l'intervention d'Hydro-Québec pour sécuriser les lieux. On a évacué les gens. Ils ont été pris en charge par la Croix-Rouge parce que le bâtiment n'était plus habitable», a précisé M. Buisson.
Le Service incendie s'est par la suite déplacé pour un autre appel dans le quartier Bel-Air où un gros pin a été cassé par les vents. Il s'est effondré sur un garage de la rue Corbeil. Dans sa chute, l'arbre a arraché l'entrée électrique du voisin. L'assistance d'Hydro-Québec a été nécessaire.
Les pompiers ont dû se rendre également chez Gestions N.A. Carrier. L'entreprise a été durement touchée par les rafales de vent qui ont arraché une bonne partie de la toiture de leur établissement. Toutefois, personne n'a été blessé.
La journée de dimanche a aussi été une journée bien chargée pour le service incendie. Les pompiers ont d'abord répondu à un appel de feu de forêt près de la voie de contournement.
«C'est une intervention qui relevait normalement de la SOPFEU, mais ils ont demandé la participation du service incendie de la Ville. Simultanément on a eu un appel incendie dans le secteur du Bel-Air, et un feu de champs très peu de temps après. [...] Le gazon entre les deux maisons a été brûlé au complet et les gens ont eu peur. Ç'a été une bonne intervention», a expliqué Serge Buisson.
La série d'interventions s'est poursuivie lundi avec un feu de brousse près du camping municipal, peu de temps avant que les vents se déchaînent.
«Ç'a pris une grosse ampleur avec le vent qu'il y avait. On est arrivé rapidement et on a dû s'activer rapidement», a lancé le directeur du service de sécurité incendie de La Tuque.