Des recherches ont été entreprises dans le fleuve Saint-Laurent à la suite de la noyade d’un jeune de 15 ans, en août, à l’île Saint-Quentin.
Des recherches ont été entreprises dans le fleuve Saint-Laurent à la suite de la noyade d’un jeune de 15 ans, en août, à l’île Saint-Quentin.

Les faits divers marquants de 2019 en Mauricie et au Centre-du-Québec

Marie-Eve Lafontaine
Marie-Eve Lafontaine
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Comme ailleurs dans le monde, la nature a fait des siennes, en 2019, dans la région. Inondations, tempête automnale ou succession de neige et de verglas, ces événements météorologiques ont été la source de bien des désagréments et de stress pour les gens touchés.

Une tornade de force EF1 s’est même abattue sur Lac-aux-Sables, le 30 juillet, faisant trois blessés mineurs. Arbres déracinés et décapités, roulottes fracassées, résidences endommagées, elle a tracé son chemin à travers le camping et deux rues de l’endroit.

Une femme et son fils sont morts, en février, lorsque leur motoneige a plongé dans la rivière du Loup, à Saint-Alexis-des-Monts. Il a fallu plusieurs semaines pour retrouver le corps de la dame.

Pendant les mois de février et de mars, les précipitations abondantes ont entraîné l’effondrement de nombreuses toitures. Écoles, supermarchés, édifices municipaux, bâtiments agricoles, pendant plusieurs semaines, pas une journée ne passait sans qu’une toiture ne s’effondre ou qu’une bâtisse ne soit évacuée par mesure préventive.

Le spectre des inondations de 2017 est revenu hanter la province, ce printemps. De Sainte-Anne-de-la-Pérade en passant par Batiscan, Trois-Rivières, Louiseville, Maskinongé, Nicolet ou Bécancour, des centaines de maisons ont été isolées ou inondées par la montée des eaux. Les militaires sont venus donner un coup de main lors de ces semaines difficiles où le niveau du fleuve Saint-Laurent et des rivières était scruté à la loupe.

Un violent incendie a détruit un immeuble de la rue Frigon, à Shawinigan, en septembre.

Le 1er novembre, la région a été balayée par une véritable tempête de vent. Encore là, beaucoup de dégâts. Plus de 100 000 personnes ont été plongées dans le noir. Certaines pendant cinq jours. Des municipalités ont été particulièrement touchées dont Nicolet. Jusqu’à 80 % de sa population s’est retrouvée sans électricité. La veille, la pluie abondante a même incité plusieurs municipalités, dont Trois-Rivières et Shawinigan, à reporter l’Halloween.

Perquisition au Zoo de Saint-Édouard

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal causait un électrochoc dans la région, le 21 mai, alors qu’elle procédait à une perquisition au Zoo de Saint-Édouard. Le propriétaire, Normand Trahan, a été accusé de cruauté animale. Ce dernier a tout tenté devant le tribunal pour éviter la relocalisation de ses animaux, mais sans succès. Durant tout ce processus, deux tigres du zoo ont réussi à sortir de leur enclos sans toutefois s’échapper du périmètre de sécurité clôturé. À la suite de cet incident, la CNESST a ordonné la fermeture du Zoo en invoquant la défaillance des installations.

La SPCA de Montréal causait un électrochoc dans la région, en mai, alors qu’elle procédait à une perquisition au Zoo de Saint-Édouard.

Incendie à l’ABI

Plusieurs incendies ont marqué l’année, mais soulignons celui survenu à l’Aluminerie de Bécancour qui fut aussi spectaculaire qu’inquiétant, en plein lock-out. Le 17 avril, au moins une explosion retentissait à la fonderie faisant surgir une boule de feu du toit. Heureusement, personne n’a été blessé. Un mois plus tard, un autre incendie éclatait à l’ABI, cette fois-ci dans un bâtiment qui n’est pas rattaché à l’usine.

Les incendies qui ont complètement détruit la Pépinière 55, le 11 juillet, à Saint-Étienne-des-Grès, un bâtiment de trois étages, le 10 septembre, sur la rue Frigon, à Shawinigan, ainsi que celui qui a causé de lourds dommages à l’entreprise de Créations Viebois, le 18 novembre, à Saint-Paulin, ont également fait les manchettes. Notons aussi l’incendie criminel au centre communautaire de Louiseville, le 31 mars. Il avait causé pour plus de 300 000 $de dommages et trois mineurs avaient été arrêtés.

Une explosion a retenti à l’ABI, en avril. L’incendie a causé d’importants dommages à la fonderie.

Au moins deux personnes sont décédées dans des incendies, en 2019, en Mauricie. Un homme de 49 ans, dans un immeuble, à l’intersection de l’avenue Georges et de la rue Saint-Joseph, à Shawinigan, le 2 février et un homme de 44 ans, le 18 avril, dans son logement de la rue Dorval, à Trois-Rivières.

Accidents de travail

En octobre, trois accidents de travail mortels sont survenus en quatre jours dans la région. Cette série noire a débuté, le 4 octobre, avec la mort d’une employée du MAPAQ, de 35 ans, de Saint-Prosper, alors qu’elle faisait un tournage sur une ferme de Shawinigan. Le lendemain, un Trifluvien de 60 ans perdait la vie électrocuté chez Margarine Thibault, à Trois-Rivières. Finalement, le 7 octobre, un travailleur de 56 ans du Mexique est décédé dans une ferme de Saint-Louis-de-Blandford quand son tracteur s’est renversé sur lui. Moins d’un mois plus tôt, un Louisevillois de 53 ans était mort aux Aliments Serval de Louiseville après qu’un sac de lait en poudre d’environ 1000 kilogrammes lui soit tombé dessus. Le 23 juillet, c’est un camionneur dans la soixantaine qui a perdu la vie en déchargeant des pierres, près du boulevard des Chenaux, à Trois-Rivières, lorsque sa benne a accroché des fils électriques. Sa cabine avait alors pris feu.

Hydro-Québec a eu fort à faire à la suite de la tempête du 1er novembre qui a plongé dans  le noir plus de 100 000 personnes dans la région.

Homicides familiaux

La violence faite aux femmes a défrayé les manchettes en 2019, dans la province. La région a malheureusement aussi été le théâtre d’homicides familiaux. Une femme d’affaires, de 42 ans, de La Tuque, a été assassinée, le 15 avril, par son ex-conjoint de 44 ans qui s’est ensuite suicidé. Le 8 janvier, une jeune femme de 29 ans d’Opitciwan, en Haute-Mauricie, a été tuée à coups de couteau. Son frère de 27 ans a été arrêté. Il a été jugé inapte à faire face à la justice.

Mort d’une mère et son fils

Deux touristes français, une mère et son fils, ont péri, le 24 février, lorsque leur motoneige, a plongé dans la rivière du Loup, à Saint-Alexis-des-Monts. Ce drame s’est déroulé sous les yeux horrifiés des autres membres de la famille – le père et le frère jumeau. Le corps du garçon de 11 ans a été retrouvé le lendemain. Celui de la mère de famille a été repêché un peu plus d’un mois plus tard. L’absence de couverture cellulaire dans ce secteur a retardé l’arrivée des secours.

La tempête du 1er novembre a causé bien des dégâts.

Noyades

Plusieurs noyades ont assombri l’année 2019. Notons celle survenue dans le parc des Chutes-de-Montauban, à Notre-Dame-de-Montauban. Un militaire de 35 ans a été emporté par le courant. Encore là, l’absence de réseau cellulaire a été pointée du doigt. Une Victoravilloise de 29 ans est morte, le 9 mai, lors d’une activité de rafting, sur la rivière Matawin.

Le 26 août, un adolescent de 15 ans s’est noyé à la plage de l’île Saint-Quentin devant les yeux horrifiés de sa mère et de ses trois frères et sœurs. Son corps a été retrouvé quelques jours plus tard.

Pendant les mois de février et de mars, les précipitations abondantes ont entraîné l’effondrement de nombreuses toitures.

Chiens dangereux

Les chiens ont fait les manchettes que ce soit par la mise en place d’une règlementation, la création d’une association formée de victimes ou le lancement d’une pétition. À Trois-Rivières, Sylvie Tremblay et son chien ont été attaqués par un pitbull, le 20 octobre. Elle et son braque de Weimar ont subi de graves blessures. De plus, le 1er juillet, un garçon d’un an et demi a été mordu à plusieurs reprises par un pitbull à Louiseville.

Deux brigadiers gravement blessés

Pas un mais bien deux brigadiers ont été gravement blessés après avoir été happés par un véhicule à Trois-Rivières, en 2019. Denise Bolduc s’est fait frapper à l’intersection du boulevard Sainte-Madeleine et de la rue Saint-Maurice, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, le 30 janvier, alors que Robert Durand a subi le même sort en face de l’école Notre-Dame-du-Rosaire, le 29 novembre.

Gilles Guilbault.

Accidents de la route

Plusieurs personnes ont péri sur les routes en 2019. Parmi ces accidents, notons celui qui a coûté la vie à une dame de 52 ans de Charette, le 24 octobre. Un camion circulant sur la route 155, en direction sud, a embouti des véhicules immobilisés à un feu de circulation temporaire, installé à l’approche d’une zone de travaux routiers, entre le carrefour giratoire et le pont des Piles. Le semi-remorque et un des véhicules emboutis ont pris feu. La conductrice du véhicule a perdu la vie.

Rappelons aussi la mort d’une fillette de 7 ans qui s’est fait happer par un camion-remorque alors qu’elle se rendait à son camp de jour, le 8 juillet, à Victoriaville.

Encore une fois, le fleuve et bien des rivières ont débordé, ce printemps, dans la région.

Arrestations en lien avec le triple meurtre

Les trois meurtres survenus à Trois-Rivières et Yamachiche, en 2018, ont continué à faire les manchettes, en 2019. Après les arrestations de René Kègle et Francis Martel, en 2018, quatre nouveaux suspects ont été accusés en lien avec cette affaire, cette année, soit Noémie Morin et Mauricio Peralta Severino, le 1er mars, Gilles Guilbault, le 7 mars, et Shanny Haley, le 15 mars.

Sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont servi à commettre un lot de crimes en matière de leurre ou de pornographie juvénile, en 2019. On n’a qu’à penser à la condamnation de Pascal Montembeault qui a fait 103 victimes adolescentes dont plusieurs en Mauricie.

Une tornade de force EF1 s’est abattue sur Lac-aux-Sables, en juillet, faisant trois blessés mineurs.

De plus, le 23 juillet, Reda Benabed a poignardé un homme en direct sur Facebook. Pas moins de 500 personnes étaient à l’écoute de ce direct. La victime a été légèrement blessée.

Par ailleurs, dans un tout autre registre, des vidéos de bagarres entre adolescents ont fait surface sur les réseaux sociaux au cours des dernières semaines, ce qui a amené la Direction de la police de Trois-Rivières à faire enquête. Un compte Instagram fréquenté par des jeunes du Centre-de-la-Mauricie a aussi fait les manchettes parce qu’il incitait les adolescents à relever des défis dangereux.

Une tornade de force EF1 s’est abattue sur Lac-aux-Sables, en juillet, faisant trois blessés mineurs.

Accident d’hydravion

Un hydravion transportant six personnes s’est écrasé, dans le secteur Lac-à-la-Tortue, à Shawinigan, le 22 août. Deux personnes ont subi des blessures mineures.

Un petit avion s’est aussi écrasé à l’aéroport de Trois-Rivières, le 18 juin. Deux personnes ont été blessées.

Reda Benabed
Un hydravion transportant six personnes s’est écrasé, dans le secteur Lac-à-la-Tortue, à Shawinigan, en  août.
Les militaires sont venus à la rescousse durant les inondations du printemps.