Sylvain Duquette

Les faits divers marquants de 2017

Deux épisodes de morts violentes

La région a été marquée par deux épisodes de morts multiples violentes. Le premier est survenu au Centre-de-la-Mauricie en avril. Sylvain Duquette est soupçonné d’être l’auteur des meurtres de Jocelyne Pellerin, la conjointe de son père, de Denise Hallé, sa belle-soeur, et de Janet Toupin-Lauzon, une cousine de Mme Hallé.

Deux mois plus tard, trois personnes étaient retrouvées mortes au camping naturiste Adam et Ève de Sainte-Brigitte-des-Saults. Une histoire de jalousie serait à l’origine du drame. Avant de s’enlever la vie, Denys Carpentier aurait assassiné son ancienne compagne, Suzanne Gareau, et son ami Rodrigue Tremblay.

Bettez cité à procès

Plus d’un an après avoir été arrêté pour possession et distribution de pornographie juvénile, Jonathan Bettez a subi son enquête préliminaire en décembre et il a été cité à procès. L’homme de 37 ans est soupçonné d’être impliqué dans l’enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher sans ne jamais avoir été accusé dans cette histoire.

Tout le battage médiatique entourant la possible responsabilité de Bettez dans le dossier de Cédrika Provencher a eu des répercussions sur l’entreprise familiale, Emballages Bettez, qui avait retiré toute affiche de ses installations du boulevard des Récollets. En mars, l’entreprise était vendue à une compagne de Granby.

L'école Le Rucher de Saint-Sylvère après l'incendie.

Incendies

Une série d’incendies ont retenu l’attention dans la région, à commencer par celui survenu en mars à l’entreprise Embarcations Trudel de Saint-Jean-des-Piles. La maison de transition du centre Le Havre, à Trois-Rivières, a été détruite par les flammes en mai. Quelque 20 personnes en processus de réintégration sociale vivaient à cet endroit. Toujours au mois de mai, trois bâtiments de la Seigneurie du Triton à Lac-Édouard étaient brûlés. À Sainte-Thècle, le restaurant Au Petit Palace a été ravagé par le feu en août. C’est durant le même mois qu’un incendie a réduit en cendre l’école Le Rucher de Saint-Sylvère. L’année a pris fin avec l’incendie en décembre d’une partie des installations de l’ancienne Crémerie des Trois-Rivières.

Les policiers Barbara Provencher, Marc-André Saint-Amant et Dominic Pronovost

Affaire Vadeboncoeur

L’affaire Vadeboncoeur a connu son dénouement en 2017. Après 31 jours de procès, les policiers Barbara Provencher, Marc-André Saint-Amant et Dominic Pronovost ont été blanchis en juin des nombreuses accusations auxquelles ils faisaient face à la suite de l’arrestation musclée de l’individu le 2 février 2013. Seul Kaven Deslauriers a été déclaré coupable de voie de fait simple tout en étant acquitté des autres accusations. Il a reçu une absolution conditionnelle.

Pour sa part, Vadeboncoeur a été de retour devant les tribunaux en 2017. Au mois d’août, il a été accusé de possession de stupéfiants. Il se trouvait alors sous la condition de ne pas consommer de drogue. Cette condition est reliée à son plaidoyer de culpabilité à de nombreuses accusations, dont deux vols qualifiés dans la même pharmacie de Trois-Rivières. Il a plaidé coupable en décembre d’avoir été en possession de cannabis et a écopé d’une peine d’emprisonnement de 30 jours.

Longs procès

Un procès de trois semaines, un verdict de culpabilité et une peine d’emprisonnement de près de 70 mois. Tel est le résultat du passage de William Labranche au palais de justice de Trois-Rivières. L’individu de Trois-Rivières a été reconnu coupable notamment d’agressions sexuelles armées, d’agressions sexuelles causant des lésions, de voies de fait armées et de séquestration à l’égard de deux femmes.

Le procès concernant le vol de sirop d’érable d’une valeur de 18 millions de dollars à un entrepôt de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec à Saint-Louis-de-Blandford a conduit Richard Vallières derrière les barreaux pour huit ans. Considéré comme une des têtes dirigeantes de ce crime, Vallières devra verser 10 millions de dollars en amendes compensatoires.

À Shawinigan, Sylvain Girard a été condamné à 32 mois de prison pour avoir causé la mort d’Alexandre Bourque à la suite d’un accident de bateau de type speed boat en 2012. La décision est tombée en mai, mais Girard n’a passé que trois jours en détention. La Cour d’appel du Québec a accepté d’entendre sa cause, ce qui lui a permis de reprendre sa liberté. Girard conteste le verdict de culpabilité prononcé en mars.

Perron et Paillé délinquants dangereux

Marc Perron et Keven Paillé, deux individus avec des antécédents judiciaires en matière de violence, ont été déclarés délinquants dangereux par la justice. Perron a reçu ce verdict après avoir agressé à coups de petite masse une adolescente sur la rue Laviolette à Trois-Rivières en octobre 2015. 

Paillé a reçu la même décision un mois plus tôt. L’individu avait donné des coups de couteau à deux individus qui parlaient à sa mère. Ces événements se sont produits à Trois-Rivières en septembre 2014.

Les deux individus purgent ainsi une peine d’emprisonnement dont la durée est indéterminée.

Crimes contre des bambins

Un enfant de deux ans a été découvert inanimé en septembre dans un logement de Bécancour. L’enquête policière a conduit à l’arrestation de sa mère, Marie-Lou Beauchamp Filion, qui est accusée de meurtre prémédité.

À Shawinigan, un bébé âgé de 15 mois a subi d’importantes brûlures aux mains en juillet. Éric Michaud, 37 ans, est soupçonné d’avoir délibérément brûlé l’enfant. Sa conjointe, Cynthia Dauphinais, 22 ans, est accusée d’avoir omis de fournir les soins nécessaires à l’existence d’un enfant qui se trouvait dans le dénuement ou le besoin.

Une amende de 1000 $ et une probation de trois ans ont été imposées à Lise Laliberté-Brochu. La sexagénaire de Bécancour, ex-éducatrice en milieu familial, a plaidé coupable en février à une accusation de voies de fait sur deux bébés âgés de moins de deux ans. Laliberté-Brochu avait forcé les bambines à manger, utilisant ses doigts pour leur enfoncer de la nourriture dans la bouche.

Accidents mortels

En janvier, Stéphanie Deschamps et sa fille Lexann sont décédées lors d’un accident de la route qui s’est déroulé sur la route 155 à La Tuque. Le père et grand-père des deux victimes, Daniel Deschamps , a multiplié les sorties publiques pour l’amélioration de la sécurité sur cette route.

Un autre drame est survenu un mois plus tard à Saint-Élie-de-Caxton. Miley Gauthier, une fillette de quatre ans, a perdu la vie après avoir été happée accidentellement par une camionnette conduite par son père.

Un accident de travail mortel a aussi retenu l’attention en 2017. César Ariel Garcia Garcia, un travailleur guatémaltèque, est décédé en février lors de l’effondrement d’un bâtiment de la ferme Pittet de Saint-Tite.

Disparitions

Deux cas de disparition retiennent l’attention en Mauricie depuis des semaines. Mélissa Blais, une femme de 34 ans de Yamachiche, n’a pas été revue depuis le 2 novembre. Elle a disparu après avoir fréquenté quelques bars de Louiseville.

Pour sa part, Jason Ambroise Petiquay est porté disparu depuis le 15 octobre. Le jeune homme de 26 ans habite la communauté atikamekw de Wemotaci.

Agression à Val-Mauricie

Une agression survenue en avril dans la cour de l’école secondaire Val-Mauricie de Shawinigan a amené son auteur devant les tribunaux. L’adolescent ayant tabassé un autre jeune a été condamné en novembre à une période de probation de neuf mois, lui qui avait plaidé coupable à une accusation de voie de fait. L’altercation a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Pierre Peterson

Crimes contre les mineurs

Les causes criminelles impliquant des personnes mineures ont une fois de plus retenu l’attention en 2017.

Pierre Peterson a reconnu sa culpabilité en octobre à des accusations d’agression sexuelle, de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels. L’ex-chef et directeur musical du Grand Orchestre de la Mauricie a admis avoir agressé sexuellement une fillette entre novembre 2010 et février 2017.

Un autre musicien bien connu dans la région, Marc Isabelle, a écopé d’une peine de 15 mois d’emprisonnement pour des abus sexuels contre une mineure. Le résident de Shawinigan a été déclaré coupable de s’être livré à des attouchements sexuels sur une fillette et de l’avoir incitée à des contacts sexuels. Isabelle conteste sa condamnation.

Au palais de justice de La Tuque, Marcel Boivin a reçu en janvier une peine d’emprisonnement de 18 mois dans la collectivité après avoir plaidé coupable à une accusation d’agression sexuelle. Boivin est un ancien haut dirigeant du conseil de bande de Wemotaci.

Pierre-Olivier Rondeau a été condamné en janvier à une peine de 90 jours de prison. L’ex-entraîneur de hockey du Collège Marie-de-l’Incarnation avait incité un adolescent de 14 ans à se masturber.

Jonathan Chaussé

Le comportement de Jonathan Chaussé, 18 ans, est à l’origine d’une opération policière menée en mars ayant forcé au confinement de près de 750 élèves de deux écoles du secteur Cap-de-la-Madeleine. Il est entre autres accusé de voies de fait contre deux jeunes filles, d’avoir braqué une arme sur celles-ci, d’avoir déchargé intentionnellement une arme dans un mur, de menaces de mort contre les mêmes adolescentes et d’agression sexuelle sur l’une d’elles ainsi que d’attouchements sexuels sur une autre jeune fille.

Sylvain Bourassa

Sylvain Bourassa, ex-directeur de l’information de TVA-Mauricie, est accusé de leurre informatique et d’avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite à un mineur. Arrêté en avril, Bourassa aurait tenté d’entrer en contact avec les présumées victimes d’âge mineur par l’entremise des réseaux sociaux.

Un ancien bénévole de la Fondation Cédrika Provencher, Claude Richard, a comparu en février au palais de justice de Shawinigan. L’individu est accusé de possession et de distribution de pornographie juvénile.

Réjean Lefebvre

L’ancien député de Champlain à la Chambre des communes, Réjean Lefebvre, fait face à la justice pour des crimes sexuels. Le citoyen de Saint-Adelphe aurait commis ces crimes contre des fillettes âgées de moins de 10 ans.

Complot pour meurtres

Le dossier du complot pour meurtres dans le secteur Trois-Rivières-Ouest a connu son dénouement en 2017. Guillaume Picotte a été condamné à une peine de 46 mois de prison en septembre. Le jeune homme de Saint-Paulin avait comploté avec Kevin Leblanc pour enlever en mars 2016 son ex-copine et pour tuer les parents de cette dernière. Pour sa part, Leblanc a reçu une peine d’emprisonnement de 48 mois. Il avait 17 ans lors de son arrestation, mais a été assujetti à une peine pour adultes.

Les deux individus avaient été arrêtés par la police alors qu’ils étaient en route vers la résidence de l’ex-copine de Picotte.

L'armée a dû intervenir lors des inondations du printemps dernier.

Crue des eaux

La Mauricie et le Centre-du-Québec ont été durement touchés par la crue des eaux printanière. Des maisons de nombreuses municipalités riveraines ont été inondées. Des centaines de militaires des Forces armées canadiennes ont été dépêchés sur les lieux afin d’aider les citoyens à se protéger contre la montée du niveau de l’eau. La route 155 près de La Tuque a d’ailleurs été inondée sur une portion en raison du débordement de la rivière Saint-Maurice.

Les pluies incessantes du printemps ont aussi ramolli le sol à plusieurs endroits, entraînant d’importants glissements de terrain. Des sections de route ont été emportées entre autres à Saint-Justin, Bécancour, Saint-Célestin, Sainte-Geneviève-de-Batiscan et Saint-Maurice.

Karine Gagné

Volet international

Alexandre Cazes, un Trifluvien d’origine, a été trouvé mort dans une cellule d’une prison de Bangkok en juillet. L’individu avait été arrêté en Thaïlande, lui qui était au coeur d’une enquête du FBI. Cette enquête a révélé que Cazes était le créateur et l’administrateur du plus gros site du dark web qui servait à échanger et à vendre de la drogue, des armes ou des documents de fraude bancaire. L’individu aurait ainsi amassé une fortune depuis le lancement du site en décembre 2013.

L’histoire de Karine Gagné a fait couler beaucoup d’encre durant les premiers mois de 2017. Cette jeune femme de Bécancour a été arrêtée en janvier et a été accusée d’avoir eu une relation sexuelle illégale avec un mineur sur un bateau de croisière. La mère de trois enfants a été détenue aux Bahamas durant deux mois et demi. Elle a été libérée de l’accusation en mai.