Les faits divers en bref

Les vols d’un tracteur routier et de cinq remorques élucidés

Les policiers ont mis la main au collet d’un homme de 49 ans relativement aux vols d’un tracteur routier et de cinq remorques qui ont été perpétrés au cours du week-end sur les terrains de l’entreprise Transport TJL, situés sur la rue Bellefeuille à Trois-Rivières ainsi qu’à Québec.

Robert Chauvette a en effet été arrêté dimanche alors qu’il se trouvait dans la région de Boisbriand. Il a comparu lundi au palais de justice de Trois-Rivières pour vol de véhicule et a été remis en liberté sous conditions. Comme plusieurs corps de police sont impliqués dans l’enquête, cette dernière n’est pas terminée et Chauvette pourrait faire face à d’autres accusations.

Après avoir été informés du vol du tracteur routier et des cinq remorques ainsi que de leur contenu, qui était constitué de denrées alimentaires, des policiers de Trois-Rivières se sont rendus chez Transport TJL, où ils ont rencontré un responsable de l’entreprise.

Ce dernier les a alors informés avoir été mis au courant du vol en raison d’un signal GPS reçu d’un des biens volés. Le signal provenait d’un entrepôt dans la région de Boisbriand. Les policiers trifluviens ont donc demandé l’assistance de leurs confrères de la Régie intermunicipale Thérèse – De Blainville. Ceux-ci se sont dirigés dans l’entrepôt en question pour constater la présence des remorques volées à Trois-Rivières. Alors que les policiers s’affairaient à vérifier les véhicules rapportés volés, un tracteur routier attelé à une remorque du groupe TJL, est arrivé sur place. Le tracteur avait quant à lui été volé la veille à Québec. Les policiers ont donc procédé à l’arrestation de Chauvette, qui était au volant de celui-ci.

Une mère et ses deux enfants retrouvés sains et saufs 

Une mère de 32 ans, Stéphanie Richard-Girard, et ses deux enfants d’âge mineur ont été retrouvés sains et saufs mardi après-midi, après que la Sécurité publique de Trois-Rivières eut lancé un avis de recherche plus tôt en journée.

La dame aurait quitté son logement de Trois-Rivières dans la nuit du 13 décembre pour se diriger dans la région de Québec. Elle ne possédait pas de véhicule et aurait possiblement quitté en autobus.

Un avis de recherche a alors été lancé mardi matin, en accord avec la Direction de la protection de la jeunesse qui disait considérer que la sécurité des enfants et leur développement pouvaient être compromis.

Le dossier n’a toutefois jamais été considéré comme un enlèvement parental et aucun élément criminel n’est à signaler, relate le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières. 

«La dame a quitté précipitamment avec ses enfants, mais on ne considère pas le dossier comme un enlèvement. C’est d’ailleurs pourquoi l’alerte Amber n’a pas été déclenchée. Nous en sommes à une étape de l’enquête où l’on estime que l’aide du public peut nous être bénéfique», expliquait-il plus tôt en journée.

En après-midi, une information a été acheminée aux enquêteurs, permettant de localiser la mère et ses enfants. Ils se trouvaient tous en sécurité, a indiqué la Sécurité publique. Le dossier a été remis à la Direction de la protection de la jeunesse. L’endroit où ils se trouvaient n’a pas été précisé, par souci de confidentialité.