Un homme a subi des blessures mineures, mardi matin, lors d'un accident survenu dans le cadre de travaux routiers sur l'autoroute 55 à la hauteur de Saint-Étienne-des-Grès.

Les faits divers en bref

Accident sur l'autoroute 55
Un homme a subi des blessures mineures, mardi matin, lors d'un accident survenu dans le cadre de travaux routiers sur l'autoroute 55 à la hauteur de Saint-Étienne-des-Grès.
Un camion semi-remorque a en effet embouti le véhicule d'escorte qui suivait une camionnette procédant au marquage de lignes.
Le conducteur du semi-remorque venait de faire un dépassement par la gauche mais en réintégrant la voie de droite, il est entré en collision avec le véhicule d'escorte dont la vitesse était de 20 km/h.
La Sûreté du Québec en profite pour lancer un appel à la prudence et rappeler aux automobilistes d'être respectueux envers les travailleurs, surtout dans le cadre des nombreux travaux routiers à venir cet été.
Agression armée à Shawinigan
Une histoire d'argent serait à l'origine d'une agression armée en fin d'après-midi lundi dans un logement de l'avenue Saint-Marc à Shawinigan.
Selon le récit de la Sûreté du Québec, vers 16 h 30, trois suspects âgés entre 27 et 28 ans auraient séquestré un homme de 38 ans et l'auraient agressé à coups de poing. Ils l'auraient aussi atteint au bras avec une arme blanche.
La vie de la présumée victime n'est pas en danger; ses blessures au bras et au visage sont jugées mineures. Les policiers ont procédé à l'arrestation des trois suspects vers 20 h 30, à l'endroit où l'incident s'est déroulé.
Les présumés agresseurs sont connus des policiers. Il s'agit de Maxime Racicot, 28 ans, David Longuépée, 28 ans et Alex Gélinas, 27 ans.
Ils ont comparu mardi après-midi au palais de justice de Shawinigan. Ils ont tous été accusés de voies de fait causant des lésions corporelles, de voies de fait armées, de séquestration et de complot en vue de se livrer à des voies de fait. En plus, Racicot doit répondre à des accusations en lien avec le trafic de stupéfiants et un bris de probation. 
La Couronne s'est opposée à leur remise en liberté. L'enquête sur caution a été reportée à mercredi.