François Asselin
François Asselin

Les dossiers des présumés meurtriers reportés au 11 septembre

Trois-Rivières — Les dossiers pour meurtres de René Kègle, Francis Martel et François Asselin ont tous été reportés au 11 septembre.

C’est ce qu’on a pu apprendre, jeudi, au palais de justice de Trois-Rivières à l’ouverture du terme des assises de la Cour supérieure.

René Kègle

En ce qui concerne René Kègle, la défense est à la recherche d’un psychiatre afin de faire une évaluation sur sa responsabilité criminelle pour le meurtre plus spécifique de Jean-Christophe Gilbert. Ces démarches sont toutefois plus difficiles à concrétiser en cette période de pandémie. Clairement, son avocate Me Annie-Sophie Bédard envisage la possibilité d’invoquer l’article 16, soit la défense pour cause de troubles mentaux. Ce dossier serait d’ailleurs le premier à procéder. Ceux liés aux meurtres de la jeune Ophélie Martin-Cyr et de l’entrepreneur Steve Lamy suivront.

Il a donc été convenu avec le procureur de la Couronne, Me Benoît Larouche, de reporter tous les dossiers au 11 septembre. Si, entre-temps, la défense réussit à trouver un psychiatre pour l’évaluation, les résultats devront être communiqués à la Couronne qui, à son tour, pourrait se prévaloir de son droit de produire une contre-expertise. Il est donc trop tôt pour savoir si des dates de procès seront fixées en septembre.

Francis Martel

Quant au présumé complice de Kègle, Francis Martel, accusé d’homicide involontaire et de complicité après le fait pour le meurtre d’Ophélie Martin-Cyr, le dossier devrait éventuellement procéder mais seulement après celui de René Kègle à la demande de l’avocat de la défense, Me Marc Labelle. Encore là, la cause a été reportée au 11 septembre.

Enfin, dans l’affaire de François Asselin, accusé du meurtre de son père Gilles Giasson en mai 2018 à Trois-Rivières et de son collègue de travail François Lefebvre à Sherbrooke, la défense est en attente du rapport d’évaluation de la psychiatre Marie-Frédérique Allard. Encore là, on veut invoquer une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. Le dossier de Sherbrooke a déjà été transféré dans le district judiciaire de Trois-Rivières, de sorte qu’un seul procès est prévu pour les deux meurtres. Le dossier reviendra le 11 septembre pour éventuellement fixer des dates d’audiences.