Jimmy Côté était activement recherché par la Sûreté du Québec.

Le fuyard «armé et dangereux» s'est rendu après une chasse à l'homme

La Sûreté du Québec a mené une chasse à l'homme ce week-end dans le Centre-du-Québec. À la suite d'intenses recherches pour trouver Jimmy Côté samedi à Plessisville, les policiers ont cerné l'individu armé et jugé dangereux dimanche en fin de journée au centre commercial la Grande Place des Bois-Francs, à Victoriaville. Après quatre heures de négociations, l'homme s'est finalement rendu aux policiers.
Ceux-ci ont retrouvé Jimmy Côté au centre commercial vers 17 h 30 dimanche. L'homme de 44 ans a alors brandi son arme et menacé de s'enlever la vie. «Les policiers ont donc commencé à discuter avec lui. Après plusieurs heures, vers 21 h 30, l'homme s'est rendu et a été arrêté», explique le sergent Hugo Fournier de la Sûreté du Québec. 
Un large périmètre de sécurité a été érigé dans le secteur du centre commercial et la route 116 a été fermée à la circulation. Plusieurs policiers ont participé à cette opération, dont des membres du Groupe tactique d'intervention. «Heureusement, personne n'a été blessé», note le sergent Fournier. 
L'homme a été rencontré par les policiers en soirée et il devrait faire face à des accusations de harcèlement criminel et de possession d'arme volée. 
Plus tôt dans la journée, la Sûreté du Québec avait demandé l'aide de la population pour retrouver Jimmy Côté. L'individu de 44 ans a tenu les policiers en haleine durant de longues heures samedi à Plessisville, dans le Centre-du-Québec. 
Le corps policier a procédé cette journée-là à un important déploiement dans cette ville du Centre-du-Québec. Plusieurs voitures ainsi qu'un hélicoptère de la Sûreté du Québec avaient été mis à contribution pour retrouver Jimmy Côté, recherché notamment pour possession d'armes volées et harcèlement criminel. 
L'homme de 44 ans était soupçonné d'être en possession de plusieurs armes à feu volées d'une résidence de Plessisville. «Cet individu doit être considéré comme dangereux et pourrait être armé», affirmait la SQ avant l'opération policière de Victoriaville.