Le Dr Jean-Charles Labbé aurait menacé de frapper un membre d'une communauté religieuse avec des maracas.

Le Dr Labbé arrêté pour menaces... aux maracas

Moins de trois mois après avoir été remis en liberté sous conditions pour harcèlement à l'encontre de ses parents et voies de fait contre son père, le Dr Jean-Charles Labbé a de nouveau été arrêté.
Selon des renseignements obtenus auprès de policiers, il aurait en effet menacé de frapper un membre d'une communauté religieuse avec des maracas. Ce délit aurait été commis le 4 décembre dernier dans une ressource de Montréal qu'il fréquentait sur une base volontaire pour son problème de dépendance à l'alcool. Il a donc été accusé de menace et de bris d'engagements. 
Compte tenu de ses causes pendantes à Trois-Rivières, le ministère public à Montréal a refusé de le remettre en liberté, du moins pour l'instant. Une autre date sera fixée éventuellement pour la suite des procédures. 
Il a donc été ramené à Trois-Rivières, mercredi, dans le cadre de cette affaire de harcèlement criminel contre ses parents afin justement de subir une nouvelle enquête sur caution.
En présence de son avocat, Me Jean-François Lauzon, il a demandé plus de temps afin de bien se préparer. Le juge Jacques Trudel lui a accordé cette remise.
Toutefois, compte tenu des disponibilités de son avocat et de la cour, la cause a été reportée au 22 décembre, ce qui n'a pas semblé réjouir le médecin. 
Rappelons que le Dr Labbé a été arrêté en août dernier et accusé d'harcèlement criminel à l'encontre de ses parents, de voies de fait contre son père et de lui avoir proféré des menaces.
Une enquête sur caution avait d'ailleurs été tenue en septembre. On y avait appris que les problèmes de consommation du médecin l'auraient rendu agressif envers ses parents qui l'hébergeaient depuis quelques mois. Il aurait notamment passé son poing près du visage de son père, sans toutefois le frapper.
Lors de son témoignage, le Dr Labbé avait indiqué qu'il travaillait depuis plusieurs mois à la relance des activités de son entreprise, Médi-Ressources, et au démarrage d'un service médical à domicile. Il se disait ouvert à suivre une thérapie pour traiter son problème d'alcool en clinique externe, afin de pouvoir continuer à travailler.
Le juge Guy Lambert avait accepté de le remettre en liberté durant les procédures judiciaires mais sous conditions, dont celles de ne pas contacter ses parents et qu'il assiste à tous les rendez-vous (soins médicaux, thérapie) auxquels il sera convié.
Dans le passé, le Dr Labbé a eu de nombreux démêlés avec la justice pour des comportements reliés à l'alcoolisme. Parmi les infractions qu'il a commises, on dénombre notamment conduite avec les facultés affaiblies, possession d'armes non enregistrées, utilisation négligente d'une carabine à plombs, avoir troublé la paix, menaces, voies de fait et plus d'une douzaine de bris d'engagements et de probation.