Sylvain Bourassa

Le dossier de Sylvain Bourassa reporté

La cause de Sylvain Bourassa, l'ex-directeur de l'information de TVA Trois-Rivières qui est accusé de leurre informatique et d'avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite à un mineur, a été encore une fois été reportée, cette fois-ci au 1er décembre.
Le dossier était de retour devant le tribunal ce lundi au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce. Les derniers éléments de preuve ont alors été communiqués à l'avocat de la défense, Me Simon Ricard.
Ce dernier a donc demandé du temps pour étudier la preuve et prendre une décision avec son client sur la suite des procédures. Aucun plaidoyer n'a d'ailleurs été enregistré pour l'instant. Le 1er décembre est une date pro forma. Le prévenu sera encore une fois absent; il sera plutôt représenté par son avocat en vertu d'une désignation.
Selon l'enquête menée par le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec, Sylvain Bourassa aurait tenté d'entrer en contact avec les présumées victimes d'âge mineur par l'entremise des médias sociaux.
Les gestes reprochés auraient été commis entre le 21 juin 2016 et le 19 avril 2017, jour de son arrestation. Les policiers ont saisi du matériel informatique à son domicile de Trois-Rivières lors d'une perquisition.
Bourassa a été suspendu sans solde par TVA à la suite du dépôt des accusations contre lui. Comme il n'a aucun antécédent judiciaire, il a pu recouvrer sa liberté mais sous de nombreuses conditions dont celles de demeurer à La Tuque et de se tenir loin des mineurs (sauf ses propres enfants) et d'Internet.