Le clan d'Yvon Boisvert règle ses comptes

Le clan d'Yvon Boisvert, impliqué dans le trafic de stupéfiants dans des bars de Trois-Rivières, a finalement décidé de régler ses comptes avec la justice jeudi.
Sur les 17 personnes qui avaient été arrêtées en mars 2013 par l'Escouade régionale mixte centre (ERM-Motards) dans le cadre du projet Grizzly, 15, dont Yvon Boisvert lui-même, ont en effet enregistré des plaidoyers de culpabilité aux accusations portées contre eux ou encore, ont annoncé leur intention de plaider coupable le 3 février prochain.
Quant aux deux autres, l'un est décédé, soit Jean-Claude Fleury, et le dernier, Kenny Desjardins-Boisvert, est hospitalisé.
Dans le cas de la tête dirigeante, Yvon Boisvert, il a enregistré devant la juge Guylaine Tremblay des plaidoyers de culpabilité sur les chefs de complot pour trafic de stupéfiants et gangstérisme. Quant au troisième chef pour trafic, il a été acquitté.
Qui plus est, Me Nathalie Jomphe, la procureure aux poursuites criminelles et pénales qui a piloté ce dossier, a annoncé qu'il pourrait être libéré sous conditions, et ce, pour motif humanitaire.
En effet, son fils, Kenny Desjardins-Boisvert, est hospitalisé depuis une semaine en raison d'une très grave maladie. Les pronostics étant très négatifs, Boisvert pourra donc bénéficier d'une liberté pour veiller sur son fils d'ici à ce que la sentence soit prononcée.
Il devra cependant respecter plusieurs conditions. Outre un engagement avec dépôt de 5000 $, il devra se soumettre à un couvre-feu de 21 h à 6 h, sauf pour se rendre au chevet de son fils. Il lui sera interdit de communiquer avec les coaccusés (sauf ses fils évidemment), de se rendre dans les bars, d'avoir de la drogue et des armes et de quitter le Québec.
En ce qui concerne Kenny, qui est également accusé, sa cause a été fixée pour la forme au 3 février. Son frère Kevin Desjardins-Boisvert, a pour sa part enregistré des plaidoyers de culpabilité sur les chefs de complot pour trafic, gangstérisme, complot pour production de cannabis et production.
Jean Champagne, considéré également comme un dirigeant de ce réseau, et Stéphane Noël, qui agissait à titre de courrier, ont eux aussi plaidé coupable à des chefs de complot, trafic et gangstérisme.
Gabriel Cossette a pour sa part plaidé coupable à des chefs de complot et trafic de stupéfiants. Il en va de même pour Simon Bérubé. Dans le cas de ce dernier, la suggestion commune de sentence proposée par la Couronne et son avocat, Me Louis R. Lupien, a été acceptée par le tribunal. Il a donc écopé d'une peine de 28 mois. Comme il a déjà purgé dix mois en détention préventive, il lui en reste 18 à faire.
Enfin, Kenny Poitras, Jonathan Grisé, Jean-Philippe Perron-Blanchette, Pascal Jean, Daniel Martin, Réjean Pépin, Sylvain Proulx, Steve Deshaies et Adrien Jr Trottier, se sont tous engagés à plaider coupable le 3 février prochain lors de leur retour en cour.
Tous ces individus devront revenir en cour le 3 février pour la suite des procédures et les sentences.
Rappelons que ce réseau s'approvisionnait dans la région de Montréal pour ensuite distribuer sa marchandise, principalement de la cocaïne, dans des bars de Trois-Rivières, comme le Pub des Forges, le Pub 127, le bar Le Balcon et le Guilly bar.