François Asselin
François Asselin

L'avocate de François Asselin veut invoquer les troubles mentaux et demande un seul procès

Trois-Rivières — François Asselin entend invoquer une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux dans le cadre de son procès pour le meurtre de son père, Gilles Giasson survenu en mai 2018.

C’est du moins ce qu’a annoncé, jeudi, son avocate Me Véronique Robert à l’ouverture du terme des assises de la Cour supérieure à Trois-Rivières. Elle souhaite également qu’un seul procès se tienne pour les deux meurtres dont son client est accusé. On sait que François Asselin aurait assassiné son collègue de travail François Lefebvre à Sherbrooke quelques jours après avoir présumément tué son père dans leur logement de la rue Sainte-Cécile à Trois-Rivières. Dans le dossier de Sherbrooke, un procès devant jury a été fixé en janvier 2021. Lors d’une conférence de gestion tenue en septembre dernier, Me Robert avait également émis la possibilité d’invoquer l’article 16 comme défense.

Selon ce qu’elle a expliqué au juge Raymond W. Pronovost jeudi matin, les deux événements seraient indissociables aux yeux de la psychiatre Marie-Frédérique Allard, qui est en train d’évaluer François Asselin sur sa responsabilité criminelle. Dans le cas de deux procès séparés devant un jury, elle soutient qu’il serait impossible pour l’experte de parler de l’un des meurtres sans parler de l’autre. En ce sens, elle a précisé qu’il faudrait prononcer des ordonnances de non-publication sur tout le contenu du premier procès et même sur le verdict jusqu’à l’issue du second procès, caviarder les rapports et bâillonner les témoins pour éviter toute contamination.

Le procureur de la Couronne, Me Benoît Larouche, n’a fermé la porte à aucune possibilité à ce stade des procédures. Néanmoins, aux yeux de tous, la priorité demeure la confection du rapport par la psychiatre. En septembre dernier, le suspect avait été transféré au Centre régional de santé mentale de Shawinigan pour justement faciliter la tenue de cette expertise à la demande de la défense mais il avait dû être retourné à la prison de Sorel, ce qui complique la tâche de la psychiatre.

Qui plus est, la Dre Allard a confirmé aux avocats que son rapport ne sera pas complété avant le mois de mars puisque d’autres rencontres sont à prévoir avec le prévenu. La Couronne entend elle aussi faire évaluer le prévenu par son propre expert psychiatre sur la responsabilité criminelle. Le dossier a donc été reporté au 9 avril. À ce moment, des démarches pourraient être entreprises concrètement par la défense pour réunir les deux dossiers de meurtres et fixer des dates le cas échéant , tout dépendant également de la position de la Couronne et des résultats de l’évaluation de son propre expert.

Rappelons que François Asselin, qui est défendu par Me Robert et Me Caroline Monette, fait face à une accusation de meurtre non prémédité de son père et d’outrage à son cadavre. Gilles Giasson, 67 ans, a perdu la vie en mai 2018 à Trois-Rivières. Asselin aurait tué son père avant de disposer de ses restes entre le 8 et le 11 mai. Des restes humains avaient été découverts à la suite d’une fouille policière menée quelques jours plus tard au site d’enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie.

Asselin est aussi accusé du meurtre non prémédité de François Lefebvre et d’outrage à son cadavre. Son corps avait été retrouvé dans le stationnement de l’entreprise Ovation du parc industriel de Sherbrooke le 17 mai 2018.

Si des procès séparés sont tenus, chacun d’eux pourrait durer environ six semaines selon les estimations des avocats.