Laliberté-Béliveau envoyé en examen sur sa responsabilité criminelle

TROIS-RIVIÈRES — Christophe Laliberté-Béliveau, cet individu qui aurait tenté d’étrangler une femme avec la patte d’un ventilateur, fera l’objet d’un examen psychiatrique visant à déterminer sa responsabilité criminelle au moment du crime qui lui est reproché.

Son avocat, Me Louis R. Lupien, a en effet fait cette demande vendredi matin après avoir pris connaissance de la preuve. La juge Guylaine Tremblay a acquiescé à sa requête. La cause a donc été reportée au 29 octobre. Les résultats de l’évaluation devraient alors être divulgués, ce qui guidera Me Lupien sur la stratégie à adopter pour le reste des procédures judiciaires. D’ici là, le prévenu demeure toujours détenu.

Les événements seraient survenus vers 18 h 30 mercredi soir à Nicolet. Les policiers de la Sûreté du Québec se sont rendus sur place après avoir reçu un appel concernant un individu en crise. Il aurait tenté d’étrangler une femme avec la patte d’un ventilateur. Christophe Laliberté-Béliveau doit maintenant répondre à des accusations de voies de fait, d’agression armée et de bris de probation.

Il compte des antécédents judiciaires en matière de violence. En 2015, il avait arraché un bout de doigt à un homme lors d’une altercation .