La Direction de la sécurité incendie demande aux fumeurs d’arrêter de jeter leurs mégots de cigarettes dans les boîtes à fleurs ou les plates-bandes en raison du risque important d’incendie.

La terre noire n’est pas un cendrier

TROIS-RIVIÈRES — Pour une deuxième année consécutive, la Direction de la sécurité incendie et de la sécurité civile de Trois-Rivières tente de ramener les fumeurs à l’ordre en leur demandant de ne pas jeter leurs mégots de cigarettes dans les boîtes à fleurs.

Depuis le printemps, pas moins d’une dizaine d’incendies ont en effet été causés par cette vilaine habitude. Du nombre, deux ont engendré des pertes matérielles de plus de 200 000 $. Il s’agit de résidences privées. Et depuis 2015, on dénombre pas moins de 50 incendies et plus de 700 000 $ en dommages.

De toute évidence, le message auprès des fumeurs passe difficilement puisque c’est la deuxième année qu’un message de sensibilisation doit être émis à la demande du service des incendies. Selon Jean-Luc Trempe, chef de division, la hausse des incendies reliés aux mégots de cigarettes est non seulement marquée mais généralisée partout au Québec. «D’une part, les gens fument beaucoup plus à l’extérieur et il y a moins de cendriers à leur portée. En plus, il y a la mode des terrasses extérieures et des cuisines d’été. Les gens se font des beaux aménagements fleuris dans leur cour. Le problème est que leurs invités ou les propriétaires eux-mêmes vont jeter leurs mégots dans un pot à fleurs sans penser aux conséquences. À Montréal, il y a eu des terrasses sur le toit des immeubles qui ont été ravagées par le feu», a-t-il expliqué.

Outre les résidences privées, il note aussi que ces incendies surviennent régulièrement sur la rue des Forges ou dans les façades des commerces.

En ce sens, la Direction de la sécurité incendie rappelle que les terreaux d’empotage sont enrichis de plusieurs matières combustibles telles que la mousse, la tourbe et les copeaux, en plus d’être enrichis d’engrais chimique. La terre noire contient souvent très peu de terre véritable.

Un mégot de cigarette non éteint convenablement peut donc se consumer pendant plus de trois heures; il peut même s’écouler jusqu’à cinq heures avant l’apparition d’une première flamme. Afin d’éviter qu’un incendie ne survienne, il est donc conseillé d’éteindre dans un cendrier et non dans les boîtes à fleurs, les balconnières, le paillis ou toute autre zone de végétation.

Il est fortement recommandé d’éviter également l’utilisation d’un pot à café cartonné en guise de cendrier.