Jean-François Toupin-Houle

La prison à vie pour Jean-François Toupin-Houle

TROIS-RIVIÈRES — Jean-François Toupin-Houle a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant dix ans et six mois pour le meurtre de Judith Elemond Plante, survenu le 27 juillet 2016. Lors de son retour devant le tribunal plus tôt cette semaine au palais de justice de Victoriaville, l’individu a en effet réglé ses comptes avec la justice en plaidant coupable à une accusation de meurtre au second degré. Au départ, lors de son arrestation, il était accusé de meurtre au premier degré. Ce plaidoyer a eu lieu dans le cadre d’une suggestion commune de sentence qui fixait son admissibilité à une libération conditionnelle à partir de 11 ans.

Or, le juge Louis Dionne a entériné en partie cette suggestion. Il a en effet tenu compte des représentations de l’avocat de la défense. Me Matthieu Poliquin concernant le non-respect du délai de comparution. C’est ainsi qu’il a convenu qu’il y avait bel et bien eu violation de ses droits puisque Jean-François Toupin-Houle n’avait pas comparu dans le délai de 24 heures prévu par la loi. Bien que Me Poliquin souhaitait une réduction d’un an, le juge a finalement retranché six mois. C’est ce qui explique que l’individu sera admissible à une libération dans dix ans et demi et non 11 ans.

Rappelons que Judith Élémond Plante, 22 ans, avait été retrouvée gravement blessée dans son appartement de la rue de l’Aqueduc à Victoriaville le 27 juillet en matinée. Ce sont des voisins qui avaient communiqué avec les services d’urgence après avoir entendu du bruit et les cris de la femme. Les policiers de la Sûreté du Québec s’étaient présentés sur les lieux vers 5 h. Le décès de la jeune mère de famille avait été constaté dans les heures suivantes. Selon le coroner Yvon Garneau, elle avait été poignardée.

Jean-François Toupin-Houle, 25 ans, originaire de Trois-Rivières mais résident de Drummondville, avait été arrêté pour ce meurtre. Il s’était d’ailleurs rendu lui-même aux policiers de Trois-Rivières. Il avait connu la jeune femme par le biais d’un site de rencontres.