Deux sections de la barrière de protection en bois ont été décrochées et jetées par terre, laissant un trou béant de plus de 6 mètres sur la passerelle. Par souci de sécurité, l'accès a donc été bloqué pendant quelques heures.

La passerelle encore victime de vandalisme

Encore une fois, la passerelle du parc écologique de l'Anse du Port a été victime de vandalisme, entraînant sa fermeture pendant une partie de la journée vendredi. Une situation qui désole le maire de Nicolet, Alain Drouin, qui rappelle que ce lieu est très apprécié des citoyens.
C'est durant la nuit de jeudi à vendredi que des individus auraient causé des actes de vandalisme en décrochant deux sections de la barrière de protection en bois qui ont été jetées par terre, laissant un trou béant de plus de six mètres sur la passerelle. Par souci de sécurité, l'accès a donc été bloqué pendant quelques heures afin que deux employés du Service des travaux publics procèdent aux réparations.
Le coût est beaucoup moins élevé que d'autres actes de vandalisme commis auparavant. Cette fois, il en coûtera un peu moins de 500 $ pour effectuer les réparations. Cela décourage tout de même le maire de Nicolet.
«C'est un équipement qui est sollicité, qui est tellement apprécié, qui est tellement achalandé», rappelle M. Drouin. «Il y a des gens qui ne l'apprécient pas à sa juste valeur et qui ne comprennent pas la gravité des gestes posés.» Il ignore toutefois de quelle façon cela pourrait être évité. Il craint que la pose de caméras de surveillance ne soit pas concluant. «Ils pourraient réussir à masquer les caméras. Ils peuvent arriver de n'importe où.»