Photo: Francois Gervais 29/04/15. TR, Palais de justice. Olivier Charriere accuse de fraude

La Couronne réclame quatre ans

Trois-Rivières — La Couronne réclame non seulement qu’une peine de quatre ans de prison soit imposée à Olivier Charrière pour le vol de grains et des fraudes envers des producteurs mais qu’en plus, celui-ci soit condamné à rembourser les victimes pour un montant qui pourrait atteindre 700 000$.

Dans le cadre des plaidoiries qui ont commencé lundi matin au palais de justice de Trois-Rivières, Me Julien Beauchamp-Laliberté a notamment insisté sur l’importance des pertes subies par les producteurs et des conséquences sur leur vie. Les grains qu’ils avaient vendus ou laissés en consignation chez Olivier Charrière représentaient le fruit du travail d’une année et plus.

Le montant des dédommagements que Charrière pourrait se voir imposer sera annoncé officiellement aujourd’hui par la Couronne. Et c’est toujours dans le but de forcer ces dédommagements que la Couronne entend aussi suggérer des amendes concurrentes pour les produits de la criminalité. Encore là, celles-ci seront rendues publiques par la même occasion.

Me Beauchamp-Laliberté a par ailleurs soumis en preuve les salaires gagnés au cours des trois dernières années par Olivier Charrière comme négociant en grains. En 2016, il aurait en effet gagné 365 479 $. En 2015, il a obtenu 339 426$ et en 2014, 182 600$. Il travaille à commission pour Luthi Grains, une entreprise appartenant à son beau-père.

Rappelons qu’au terme d’un long procès tenu devant juge et jury, Olivier Charrière a été déclaré coupable de deux des neufs accusations portées contre lui, c’est-à-dire pour vol de grains et fraude envers les producteurs en détournant leur grain à son avantage. Il a par le fait même été acquitté des chefs de fraude envers les producteurs de grain, de vol d’un séchoir à grains, de vol et fraude contre sa propre compagnie Les Élévateurs de la Rive-Nord, de fraude contre les Caisses Desjardins et enfin de vol et fraude contre Supérieur Propane.

Dans cette affaire, on lui reprochait d’avoir profité de ses activités de courtage agricole pour vendre du grain que les producteurs lui laissaient en consignation, flouant ainsi une vingtaine de personnes en 2008 et 2009. Son avocat avait prétendu que Charrière n’avait jamais eu l’intention de frauder mais plutôt qu’il n’avait pas les compétences requises en administration.

Lundi, dans le cadre de son témoignage, il s’est dit prêt à rembourser les victimes pourvu qu’il puisse conserver son emploi et ne soit pas envoyé en prison.

Son avocat Me Miguel Mpetsi-Lemelin devrait bientôt faire connaître au juge Louis Dionne sa proposition de sentence. Tout semble indiquer qu’il demandera une peine dans la collectivité.

Notons que le jugement a déjà été porté en appel par la défense.