Keven Paillé saura le 28 septembre prochain s'il sera déclaré délinquant dangereux.

Keven Paillé, délinquant dangereux?

C'est le 28 septembre qu'on saura si Keven Paillé, cet individu de Trois-Rivières au lourd passé judiciaire en matière de violence, sera déclaré délinquant dangereux.
Au terme des audiences qui ont eu lieu jeudi après-midi au palais de justice de Trois-Rivières, le juge Jacques Trudel a en effet décidé de prendre la cause en délibéré avant de rendre sa décision. S'il consent à la requête du procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, Keven Paillé sera éventuellement condamné à une peine de prison pour une période indéterminée. Cela pourrait signifier pour lui une incarcération à vie s'il ne s'implique pas dans une quelconque forme de réhabilitation.
Cette requête n'est pas récente. En raison des nombreux antécédents de violence de l'individu de 36 ans, la Couronne avait clairement manifesté son intention de le faire déclarer délinquant dangereux lors de son plus récent plaidoyer de culpabilité en novembre dernier pour des voies de fait graves. Le 1er septembre 2014, il avait sans aucune raison asséné des coups de couteau à deux individus qui parlaient à sa mère dans un immeuble de la rue Hart à Trois-Rivières. Selon des témoins, Paillé était alors complètement intoxiqué. Il avait piqué l'un des deux hommes au cou à deux reprises. L'autre avait pour sa part reçu quatre coups, dont trois au cou et un autre dans le dos. 
En mai 2011, il avait aussi été condamné à 15 mois d'emprisonnement pour des voies de fait graves. Encore là, il s'agissait d'une agression au couteau dans un appartement de la rue Radisson. La victime avait été atteinte à cinq reprises.
En prison, son comportement n'a jamais été plus reluisant. Il a notamment craché à deux reprises sur des agents de services correctionnels et leur a proféré des menaces de mort. Il a aussi battu un codétenu et pris part à une émeute durant laquelle 14 détenus avaient causé du grabuge. 
Ses nombreux crimes sont évidemment à l'origine de la requête visant à le faire déclarer délinquant dangereux. Or, les procédures de la Couronne n'ont pas été faciles en raison du comportement de Keven Paillé: absence de collaboration avec son avocate (il se défend maintenant seul), refus de se soumettre à une évaluation psychologique, exclusion du box des accusés, insubordination et impulsivité.
Lors de sa dernière apparition devant le tribunal en juin dernier, il avait finalement accepté de se soumettre à une évaluation psychologique et ainsi rencontrer le psychologue Marc-André Lamontagne. Le rôle de ce dernier consistait à évaluer son degré de dangerosité.
Jeudi, il a dévoilé les résultats de son examen. Il conclut que Paillé présente un risque de récidive à ce point élevé qu'il est supérieur à la moyenne des autres délinquants. Un risque qui ne peut être associé à une maladie mentale. En plus, le psychologue croit qu'il peut récidiver plus rapidement et commettre des crimes encore plus graves. 
Il a indiqué avoir essayé de trouver des mesures pour tenter de maîtriser le risque pour la société mais il n'en a trouvé aucune, d'autant plus que Paillé continue de récidiver en prison. Ce dernier ne manifeste aucun remords, continue de minimiser sa responsabilité, a un mode de vie oisif et sans projet d'avenir. En fait, il ne réagit à aucune forme d'encadrement, hormis peut-être une minime ouverture à régler un problème de toxicomanie. Selon M. Lamontagne, il est clair qu'il rencontre tous les critères pour être déclaré délinquant dangereux. 
De son côté, Paillé, qui était très calme dans le box des accusés, a tout au plus dit s'inquiéter de passer toute sa vie en prison.