Keven Paillé

Keven Paillé déclaré délinquant dangereux

Parce qu'il représente un danger pour la société, Keven Paillé a finalement été déclaré délinquant dangereux et condamné à purger une peine de prison d'une durée indéterminée pour avoir poignardé deux hommes.
Le 1er septembre 2014, il avait sans aucune raison asséné des coups de couteau à deux individus qui parlaient à sa mère dans un immeuble de la rue Hart à Trois-Rivières. Selon des témoins, Paillé était alors complètement intoxiqué. Il avait piqué l'un des deux hommes au cou à deux reprises. L'autre avait pour sa part reçu trois coups: deux au cou et un autre dans le dos. 
Hormis la gravité de ses crimes sans mobile apparent, son lourd passé judiciaire en matière de violence, le risque toujours marqué de récidive, son absence de collaboration et de responsabilisation l'auront donc conduit au pénitencier, et ce, pour de nombreuses années.
Dans sa décision, le juge Jacques Trudel a notamment tenu compte de sa santé mentale qui a soulevé plusieurs interrogations. Encore jeudi, Paillé a coupé la parole au juge pour tenir des propos décousus, affirmant qu'il avait une contorsion aiguë lorsqu'il avait poignardé les deux hommes. Le juge a d'ailleurs choisi de ne pas lire certains passages de sa décision écrite pour éviter qu'il ne se désorganise encore plus dans le box. 
Or, Paillé ne souffre d'aucune psychopathologie ou trouble de santé mentale. L'évaluation psychologique qui a été faite sur son degré de dangerosité révèle qu'il n'a aucun respect pour quiconque. Il répond d'ailleurs aux critères de délinquant dangereux. Même si son histoire personnelle et familiale a été marquée par la violence, l'absence d'encadrement, la criminalité et l'éthylisme, Paillé est considéré par le psychologue comme un être hostile, insensible, malhonnête, irresponsable, impulsif et négligent. Il n'a aucune ambition personnelle n'étant motivé que par la satisfaction de ses besoins et de son plaisir. 
Ses antécédents judiciaires sont très nombreux. Il a été condamné pour 48 infractions criminelles entre 1997 et 2014. Toutefois, ce sont surtout le nombre et la gravité des infractions impliquant l'usage de violence qui retiennent l'attention. On parle ici d'agressions, de vols qualifiés, de menaces et de voies de fait souvent armées d'un couteau.   
En mai 2011, il avait notamment été condamné à 15 mois d'emprisonnement pour des voies de fait graves. Encore là, il s'agissait d'une agression au couteau dans un appartement de la rue Radisson. La victime avait été atteinte à cinq reprises. 
En 2012, il s'en était même pris à sa mère alors qu'il était de nouveau sous l'effet des stupéfiants en menaçant de la couper en rondelles et de la pendre au bout d'un clocher. 
Comme l'a mentionné le juge, «ni ses passages à la Cour, ni les courtes ou longues périodes d'emprisonnement, non plus que les multiples ordonnances, n'ont dissuadé l'accusé de récidiver et ne l'ont amené ne serait-ce qu'à une amorce de prise de conscience, de responsabilisation ou encore de regrets ou de remords». 
Il s'est déjà livré à des voies de fait contre un codétenu et a participé à une émeute. Et plus récemment, il a craché sur des agents de services correctionnels et leur a proféré des menaces de mort, ce qui lui a valu un an de prison consécutif. 
Ses nombreux crimes et son comportement sont évidemment à l'origine de la requête visant à le faire déclarer délinquant dangereux qui a été déposée par le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, à la fin de 2016 lors de son plaidoyer de culpabilité pour les voies de fait graves.
Pour toutes ces raisons et en tenant compte de l'évaluation psychologique, le tribunal l'a donc déclaré délinquant dangereux. Et puisqu'on ignore à quel moment le risque pour la collectivité pourrait être assumable, sa peine de prison sera d'une durée indéterminée. Paillé a rétorqué qu'il irait en appel.