Keven Fraser

Keven Fraser condamné à 90 jours de prison

Shawinigan — Keven Fraser, un ex-employé de soutien de l’école secondaire Du Rocher à Grand-Mère, devra purger 90 jours de prison discontinue pour des délits de nature sexuelle commis sur une adolescente de 16 ans.

En avril 2016, ce technicien en audio-visuel, alors âgé de 24 ans, avait amené la jeune étudiante avec lui dans le cadre d’une balade en auto au cours de laquelle ils avaient parlé de leur vie respective et manger une crème glacée. Ils s’étaient notamment rendus au barrage de la Gabelle. Plus tard dans la soirée, soit vers 22h-23h, il l’avait ramenée à l’école. C’est alors qu’il en avait profité pour l’entraîner dans une loge de l’auditorium. Fraser avait en effet les clés et les codes lui donnant accès à l’école en tout temps.

Il l’avait embrassée et lui avait enlevé son chandail afin de lui toucher les seins. Selon le procureur de la Couronne, Me Éric Boudreau, il lui aurait également touché la vulve mais par-dessus ses vêtements. Or, la jeune fille, qui au début avait figé, lui avait soudainement demandé de tout arrêter, ce qu’il avait fait.

La plaignante avait ensuite parlé de cet événement, ce qui avait déclenché une enquête de la Sûreté du Québec. Fraser avait été arrêté le 20 juillet 2016 et du même coup suspendu. Au terme d’un procès, il avait ensuite été déclaré coupable d’agression sexuelle et d’exploitation sexuelle d’une mineure. Notons qu’il a cependant porté en appel ce jugement. Depuis, il a été congédié de l’école Du Rocher.

Lors du retour de Keven Fraser devant la juge Guylaine Tremblay mardi, cette dernière a rappelé que le jeune homme n’avait pas pris les moyens suffisants pour s’assurer du consentement de la plaignante et qu’il avait profité de sa situation de confiance vis-à-vis de celle-ci pour se livrer à des attouchements. Bien que la Couronne suggérait une peine de six mois de prison, elle lui a imposé la peine minimale prévue pour l’exploitation sexuelle à titre d’infraction portée par voie sommaire, soit 90 jours de prison qu’il pourra purger les fins de semaine. Keven Fraser, qui était représenté par Me Alain Blanchard de l’aide juridique, sera aussi inscrit au Registre des délinquants sexuels à vie.