Justin Milette jugé apte à comparaître

TROIS-RIVIÈRES — Justin Milette, cet homme qui aurait intimidé des personnes associées au système judiciaire, a finalement été déclaré apte à subir un procès.

Le juge Alain Morand a cependant décidé de l’envoyer une nouvelle fois subir une évaluation sur sa responsabilité criminelle en lien avec les événements qui lui sont reprochés. La cause a donc été reportée au 22 février.

On se rappellera qu’en octobre dernier, Justin Milette avait été déclaré coupable d’intimidation. Le juge avait conclu qu’il était l’auteur des propos menaçants tenus à deux reprises contre un juge et un procureur de la Couronne et qu’ainsi, il avait agi de manière à provoquer la peur en vue de leur nuire dans l’exercice de leurs attributions. Il avait donc été déclaré coupable sur le chef le plus grave, soit celui d’intimidation. En ce qui concerne l’accusation de menaces qui avait également été portée contre lui, il avait bénéficié d’une suspension conditionnelle des procédures pour éviter un dédoublement des condamnations.

Au stade des plaidoiries sur sentence, le juge avait ordonné qu’il fasse l’objet d’une évaluation psychiatrique visant à déterminer sa responsabilité criminelle pour les crimes qui lui sont reprochés compte tenu de son comportement général, de ses propos et l’historique de sa longue saga judiciaire devant les tribunaux. Les premières expertises avaient alors révélé qu’il était plutôt inapte à subir un procès. On ne pouvait pas se prononcer sur sa responsabilité criminelle. Le juge Morand avait donc suspendu son verdict de culpabilité en attendant la suite des procédures.

Mercredi, lors du retour de cette affaire au palais de justice de Trois-Rivières, une psychiatre a témoigné. À la lumière de ses propos, le juge a conclu que Justin Milette était apte à subir un procès. Il reste cependant toujours à déterminer sa responsabilité criminelle, d’où cette évaluation de 30 jours au Centre régional de santé mentale de Shawinigan. D’ici là, Justin Milette demeure détenu.