Jean-Dodien Rukundo condamné à 18 mois de prison pour violence conjugale

TROIS-RIVIÈRES — Jean-Dodien Rukundo a été condamné à 18 mois de prison pour des gestes de violence conjugale.

Lors de son retour devant le tribunal plus tôt cette semaine, l’individu de 29 ans a en effet plaidé coupable à un chef de voies de fait causant des lésions corporelles. Il avait été arrêté le 30 janvier dans un logement de la rue Tonnancour à la suite d’un appel 911 logé par un voisin pour violence intrafamiliale.

Selon ce que la preuve déposée par la procureure de la Couronne, Me Marie-Ève Paquet, a révélé, le prévenu aurait commis les gestes de violence à une seule reprise. Il se trouvait alors en état de consommation très avancé. Les photos des blessures de la dame étaient éloquentes: elle avait le visage en sang et tuméfié.

Heureusement, la plaignante ne garde aucune séquelle de cet événement outre une cicatrice au menton. Elle n’a pas non plus de choc post-traumatique et souhaite passer à autre chose dans sa vie.

M. Rukundo a par ailleurs manifesté des remords sur les gestes qu’il a posés.

En tenant compte de ces facteurs, Me Paquet et Me Yvan Braun ont suggéré de façon commune au tribunal une peine de prison de 18 mois, ce qui a été jugé raisonnable dans les circonstances.

Compte tenu de la détention préventive de M. Rukundo depuis son arrestation, il lui reste donc 9 mois et trois semaines à purger. Il sera ensuite sous probation pendant trois ans avec suivi. Il ne pourra pas contacter la victime et devra suivre une thérapie liée à ses problèmes de dépendances.

À LIRE AUSSI: Jean-Dodien Rukundo reste détenu