Le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque et son épouse Diane ont pris part au cortège funèbre.

«Je leur souhaite toute la paix du monde» - Yves Lévesque

Au même titre que l'ensemble de ses concitoyens, le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque a été très secoué par la tragédie survenue le 11 février. Jeudi après-midi, c'est pour soutenir le père des deux jeunes femmes, un ami personnel, qu'il s'est joint au cortège funèbre pour faire son entrée dans l'église.
D'ailleurs, au cours des derniers jours, Yves Lévesque a été présent auprès des familles des trois victimes pour leur offrir son soutien.
«Je leur lève mon chapeau, car ils ont fait ça d'une manière très noble et très sereine. Parfois, c'était même les parents des victimes qui réconfortaient les gens venus leur offrir les sympathies. Ils sont forts et unis et je leur souhaite toute la paix du monde», a-t-il mentionné.
Yves Lévesque dit avoir été particulièrement réconforté par les paroles prononcées par l'abbé François Doucet au cours de la cérémonie.
«Il a dit de belles paroles d'encouragement. Il nous a tous incités à se rappeler des bons moments. Ces jeunes étaient remplis de joie de vivre, ils avaient les valeurs à la bonne place et c'est de ça que j'ai envie de me rappeler», ajoute-t-il.
Conseillère du district de Rigaud, où le drame de la rue Sicard s'est déroulé, Ginette Bellemare avait encore la gorge nouée par l'émotion à sa sortie de la cathédrale.
«Je les connaissais. La cérémonie était émouvante, touchante et en toute simplicité. Le curé a parlé de l'importance de se serrer les coudes et de dire à nos enfants qu'on les aime, et le dire à tout le monde qu'on aime», a-t-elle commenté.
Pour Joan Lefebvre, conseillère du district des Plateaux, elle a particulièrement retenu les nombreux témoignages de proches et amis des victimes.
«J'ai trouvé qu'il y avait une certaine sérénité à l'intérieur avec toute cette belle jeunesse qui est venue supporter et dire un dernier adieu à leurs amis. Quant à l'abbé Doucet, il a eu le tour de nous donner une chaleur dans ses propos pour nous aider à passer au travers de cette terrible tragédie.»